Monde

La décision des États-Unis de la fermeture de la mission palestinienne à Washington, annoncée lundi par le numéro deux de l'Organisation de libération palestinienne (OLP) Saëb Erakat, s'ajoute à une rafale de mesures prises en l'espace de quelques semaines par la Maison Blanche : annulation de plus de 200 millions de dollars d'aide bilatérale, arrêt du financement de l'Agence onusienne prodiguant ses services à des millions de réfugiés palestiniens (Unrwa), suppression de 25 millions de dollars d'aide aux hôpitaux palestiniens d'Al Qods-Est. Contrairement aux mesures antérieures, les Américains ont justifié officiellement la fermeture de la représentation à Washington, non par le gel persistant des relations à l'initiative du Président Mahmoud Abbas, mais par les démarches palestiniennes visant à traîner les dirigeants israéliens devant la justice internationale pour «crimes de guerre», a expliqué Hossam Zomlot, représentant de l'OLP à Washington. Les Palestiniens ne «succomberont pas aux menaces américaines» et ne fléchiront ni dans leur attitude vis-à-vis de l'administration Trump, ni dans leurs efforts pour faire juger les crimes commis selon eux par les dirigeants israéliens, a affirmé dans un communiqué Saëb Erakat. L'OLP, dont le bureau est appelé à fermer, est considérée par la communauté internationale comme représentant le peuple palestinien. 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma