Économie

C'est ce 11 septembre que la FAO dévoile son rapport 2018 sur l'état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde. Il est fort à parier que cette édition ressemblera comme deux gouttes d'eau à celle de l'année dernière : sécheresses et inondations, conséquences du dérèglement climatique, et les conflits armés rendant quasi impossible toute activité économique, feront grossir les rangs des 815 millions de personnes souffrant de malnutrition enregistrées en 2017 essentiellement en Afrique subsaharienne, en Asie du Sud-Est et de l’Ouest. Au fil de ses rapports mensuels, la FAO a constaté la dégradation de la situation ces dernières années.
En 2016, le nombre de personnes dans le monde souffrant de sous-alimentation chronique a augmenté, passant de 777 millions en 2015 à 815 millions, un chiffre encore en deçà des quelque 900 millions enregistrés en 2000. Ce rapport est le fruit de la collaboration de différentes Organisations onusiennes comme la FAO, l'OMS (Organisation mondiale de la santé), le Programme alimentaire mondial, le Fonds international de développement agricole et l’Unicef.

Ce document permet le suivi régulier des progrès accomplis pour atteindre les cibles établies par le Programme 2030 en matière de sécurité alimentaire et de nutrition. Avant même sa publication, la FAO avertit que le rapport «analyse les facteurs de la faim et de la malnutrition et se concentre, cette année, sur la manière dont les extrêmes et la variabilité climatiques menacent d’éroder et d’inverser les progrès réalisés dans la lutte contre la faim et la malnutrition».

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma