Nation

Le premier secrétaire de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), Driss Lachgar, a souligné la nécessité d’ériger en priorité la réforme du système d’éducation et de formation pour lui permettre de jouer pleinement son rôle clef dans le nouveau modèle de développement. M. Lachgar, qui s’exprimait à l’ouverture du troisième Forum du secteur estudiantin ittihadi qui se tient à Assilah du 7 au 12 septembre, a estimé que «le progrès est tributaire du développement de l’école et de l’université publiques», avertissant qu’en l’absence d’une réforme du système éducatif «il n’y aura ni progrès ni développement».
À cet égard, le patron de l’USFP a rappelé que le Conseil des ministres a adopté, lors de sa dernière réunion, un projet de loi-cadre relative au système de l’éducation, de l’enseignement, de la formation et de la recherche scientifique, appelant les différents intervenants à s’engager dans un débat sur le projet de réforme. Il a rappelé que son parti avait soumis une note à cet égard au Conseil supérieur de l'éducation, de la formation et de la recherche scientifique, qui a présenté un diagnostic de la situation du point de vue de l’USFP, partant de sa littérature, de son référentiel et des décisions de ses congrès, ajoutant que cette note sera bientôt rendue publique pour contribuer au débat national à ce sujet.
Si le système éducatif a évolué du point de vue quantitatif, et a réussi à produire des cadres et des compétences, cette évolution n’a pas été à la hauteur des attentes, a regretté M. Lachgar qui a plaidé pour une «méthodologie audacieuse dans l’élaboration de la réforme de l’école et de l’université marocaines». L’orateur a, par ailleurs, fait observer que l’école publique reçoit 95% des élèves, soulignant à cet égard la nécessité de l’équité entre les systèmes éducatifs public et privé tant au niveau des conditions pour l’ouverture des établissements d’enseignement que sur le plan des conditions d’accès des étudiants.
Le Forum de l’étudiant ittihadi connaît la participation de plus de 220 étudiants représentant les différentes universités marocaines. Il débat de plusieurs thématiques, en particulier «L’université marocaine et les défis du développement» et «L’université marocaine entre les problématiques de l’encadrement et de la formation».  

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma