Régions

La deuxième édition du Salon international d’art contemporain s’est clôturée dimanche à Tanger avec la participation d’une quarantaine d’artistes-peintres et de musiciens venus des quatre coins du monde.

L’association «Plume d’Afrique», organisatrice de cet événement, a mis un point d’honneur à laisser son empreinte sur la scène culturelle de la ville de Tanger, a souligné le président de cette association, Abdelfattah Bilal, directeur du salon, ajoutant que ce rendez-vous international vise à accompagner l’émergence tous azimuts que connaît la ville du Détroit. Faisant observer que Tanger a connu ces dernières années une expansion urbaine sans précédent, et l’installation d’un grand nombre d’usines et d’enseignes du Maroc et d’ailleurs, M. Bilal a noté que le salon se veut une valeur ajoutée et un accompagnement à ce développement, tout en tenant compte de l’histoire et du rayonnement international de Tanger.

La deuxième édition de cette manifestation culturelle, qui s'est poursuivi jusqu’au 9 septembre sous le thème «Tanger : culture et arts», a connu la participation de 45 artistes, dont 21 venus d’Espagne, d’Australie, des États-Unis, du Cameroun, de France, du Mexique et de la Pologne, a fait savoir M. Bilal. Pour lui, cet événement est une occasion de rencontre entre les artistes marocains et étrangers, et de partage des expériences pour un meilleur brassage culturel. Le salon est également une plateforme pour jeter la lumière sur la dynamique culturelle et artistique que connaît le Maroc, notamment le fait que l’art contemporain est aujourd’hui en plein essor au Royaume, et mérite ainsi d’être connu et reconnu mondialement en invitant des artistes et des critiques internationaux.
Au programme de ce rendez-vous, une exposition à la galerie d’art contemporain Mohamed Drissi et des conférences sur «Où va l’art contemporain ?», «L’art contemporain au Maroc», et «L’art au service de la civilisation maroco-andalouse», ainsi qu’une master class sur la peinture. À l’affiche aussi des soirées artistiques avec les troupes Aoglaz, spécialiste de la musique bretonne, Koungou, El Reda, et Dar Gnawa, ainsi que la chanteuse arabe Najwa Farouq. 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma