Éco Actu

Croissance à deux chiffres pour l'OCP au 1er semestre 2018. Le groupe, qui a investi 5,14 milliards de DH au 30 juin, a vu ses revenus s'établir à 26,59 milliards de DH, en hausse de 14,88% sur un an. La performance du 2e trimestre y est pour beaucoup puisque le CA y a progressé de 43% atteignant 16,82 milliards de DH.
«La demande croissante, plus particulièrement au 2e trimestre de l’année, et la hausse des prix des matières premières, notamment le soufre, ont significativement impacté les prix des phosphates qui ont évolué à la hausse sur la période», indique le groupe phosphatier. La demande était soutenue par une croissance importante des importations d’engrais en Inde et aux États-Unis. Ce qui a positivement impacté les volumes d’engrais à l’exportation, qui ont atteint un niveau record. Le groupe devrait rester sur sa lancée pour ce semestre, puisque ses expéditions ont atteint un peu plus de 29 milliards de DH, en hausse de 14,4% sur un an, selon l’Office des changes.
Si le Groupe a affiché une performance en nette progression au 2e trimestre, c'est grâce à un environnement économique et des conditions de marché favorables, en ligne avec ses attentes, est-il souligné. En effet, une croissance constante de la demande combinée à une hausse des cours des intrants ont conduit à une reprise des prix.  L’amélioration enregistrée au 1er semestre est due «principalement à une croissance à deux chiffres des ventes sur les segments des engrais et de l’acide phosphorique, respectivement de 21 et 17%, bénéficiant d’une hausse des prix et des volumes ainsi que d’une légère augmentation des volumes de vente sur le segment de la roche, segment sur lequel les prix sont restés stables», indique le groupe phosphatier.  En outre, le résultat net consolidé a atteint 1,98 milliard de DH, contre 2,37 milliards au 30 juin de l’année dernière. Son résultat net part groupe s’est situé pour sa part à 1,88 milliard de DH, contre 4,57 milliards un an plus tôt.
Les résultats semestriels publiés par le phosphatier révèlent une marge brute à 17,86 milliards de DH, contre 15,12 milliards un an plus tôt, «principalement grâce à la hausse des volumes et des prix de vente, partiellement contrebalancés par une hausse des prix des matières premières», souligne l'OCP. L’Ebitda, lui, s’est élevé à un peu plus de 8 milliards de DH après 5,9 milliards à fin juin 2017. La marge d’Ebitda a atteint 30% comparé à 26% un an plus tôt. Par ailleurs, la trésorerie et équivalents de trésorerie se sont élevés à 10,28 milliards de DH au 30 juin dernier. La dette financière nette se monte à 44,97 milliards de DH. Le ratio de la dette financière nette /Ebitda ressort à 3 fois, «soit une amélioration significative par rapport au niveau de fin d’année 2017», indique l'OCP.
Parmi les faits marquants du semestre écoulé, la mise en service, en avril dernier, de la 4e usine de production d’engrais du groupe portant la capacité à 12 millions de tonnes par an. La période a également été marquée par la réalisation de la 2e émission obligatoire subordonnée perpétuelle du groupe après celle de décembre 2016. Avec option de remboursement anticipé, cette émission porte sur 50.000 obligations d’une valeur de 100.000 DH chacune. 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma