Monde

La France, les États-Unis, l’Italie et le Royaume-Uni ont salué, mercredi, le cessez-le-feu à Tripoli, réaffirmant leur «ferme soutien» au représentant spécial du secrétaire général des Nations unies, Ghassan Salamé. Dans une Déclaration conjointe mise en ligne par le ministère français des Affaires étrangères, les gouvernements des États-Unis, de la France, de l’Italie et du Royaume-Uni se félicitent des résultats de la médiation obtenus par la Mission d’appui des Nations unies visant à réduire la violence à Tripoli et dans ses environs et à assurer la protection des civils.
«Comme l’a noté le Secrétaire général le 2 septembre, toutes les parties doivent cesser immédiatement les hostilités et se conformer à l’accord de cessez-le-feu négocié par les Nations unies. Nous appelons toutes les parties libyennes à s’abstenir de toute action susceptible de menacer le cessez-le-feu annoncé aujourd’hui, de compromettre la sécurité des civils ou de porter atteinte aux efforts libyens visant à renforcer le processus politique et à progresser dans un esprit de compromis», souligne la Déclaration conjointe.
Les gouvernements des États-Unis, de France, d’Italie et du Royaume-Uni réitèrent également «leur soutien au Président du Conseil présidentiel, Fayez Al-Sarraj, et au Gouvernement d’entente nationale qui œuvrent en partenariat avec les Nations unies pour promouvoir la réconciliation et soutenir le processus politique mené par les Libyens». De violents combats ont eu lieu, depuis lundi, dans la ville de Tarhounah (80 km au sud de Tripoli), faisant des dizaines de morts et de blessés. La mission de l'ONU en Libye (Manul) a annoncé qu’un accord de cessez-le-feu avait été signé entre les groupes armés libyens impliqués dans les combats près de Tripoli. 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma