Économie

La Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques a mis à niveau sa plateforme d'échanges électroniques des compensations des émissions de carbone qui proviennent de projets agréés dans le cadre du Mécanisme de développement propre qui a pour objectif de trouver un moyen qui permet à un pays industrialisé de financer un projet sobre en carbone dans un pays en développement. Depuis son lancement initial en 2015, plus de 2.500 transactions carbone ont permis d'éviter l'émission dans l'atmosphère de plus de 300.000 tonnes de CO2.

Arthur Rolle, président du conseil d'administration du Mécanisme du développement propre, a indiqué que depuis son lancement en 2015, la plateforme électronique de transactions carbone a permis d'éviter l'émission de 300.000 tonnes de CO2 et enregistré 2.500 transactions. «J'espère que cette mise à niveau (de la plateforme électronique, ndlr) incitera encore plus d'utilisateurs, d'individus et d'entreprises à prendre les mesures climatiques dont nous avons besoin de toute urgence», a déclaré Arthur Rolle lors du lancement de la version mise à niveau de la plateforme électronique des transactions carbone (https://offset.climateneutralnow.org/).
Initié par les Nations unies dans sa stratégie de lutte contre le dérèglement climatique, le Mécanisme du développement propre a pour objectif de trouver un moyen qui permet à un pays industrialisé de financer un projet sobre en carbone dans un pays en développement. Ce partenariat permettrait donc à ce pays industrialisé de réaliser des bénéfices sur le coût des objectifs de réduction de ses propres émissions de carbone. Les pays en développement peuvent ainsi stabiliser leurs émissions de gaz à effet de serre.

Le Mécanisme vise à récompenser financièrement toute instauration de technologies réduisant ces émissions dans les pays en voie de développement. En mai dernier, Arthur Rolle avait indiqué que le Mécanisme de développement propre a évité l’émission de 1,9 milliard de tonnes de dioxyde de carbone (CO2). Depuis son lancement en 2005, ce Mécanisme a permis la réalisation de plus de 8.100 projets et programmes dans 111 pays. «Le Mécanisme de développement propre a un palmarès inégalé parmi les instruments d'action pour réduire les émissions de gaz à effet de serre», s’est réjoui Arthur Rolle.
«Le laps de temps qui nous est imparti pour s'attaquer au changement climatique arrive bientôt à échéance», a déclaré à Bonn la responsable climat de l'ONU, Patricia Espinosa. Cependant, l'Afrique, un des continents les plus impactés par le changement climatique, ne profite que faiblement de ce Mécanisme. Lors du Forum Afrique Carbone qu'a abrité la capitale rwandaise, Kigali, en juin dernier, il a été révélé que sur les 7.681 projets enregistrés dans le cadre du Mécanisme de développement propre à travers le monde à fin 2015, moins de 3% sont développés en Afrique.

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma