Monde

L'extrême droite allemande maintient une pression maximale sur la chancelière Angela Merkel et sa politique migratoire, avec de nouvelles manifestations à Chemnitz, épicentre de la protestation anti-étrangers.

Signe du climat tendu, principalement dans l'ex-RDA, un jeune Syrien de 20 ans a été tabassé et couvert d'insultes xénophobes mercredi soir par trois personnes à Wismar, près de la mer Baltique en Allemagne. Ses agresseurs sont recherchés par la police. Des manifestations ont déjà été organisées dimanche puis lundi et l'extrême droite compte perturber une rencontre prévue entre les autorités locales et des habitants de Chemnitz, où les violences ont démarré. Le haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme a qualifié de «choquantes» ces manifestations. «Je pense qu'il est fondamentalement important que les responsables politiques de toute l'Europe dénoncent cela», a déclaré Zeid Ra'ad Al Hussein. Lundi, des violences dans la même ville ont fait une vingtaine de blessés lors d'échauffourées entre 6.000 sympathisants d'extrême droite et des centaines de contre-manifestants de la gauche radicale. L'élément déclencheur est survenu au cours du weekend, lorsqu'un Allemand de 35 ans a été tué à coups de couteau en marge d'une fête locale. La police a arrêté deux suspects, un Syrien et un Irakien de 23 et 22 ans accusés d'avoir agi après une «altercation verbale». Le profil de l'Irakien, principal suspect, constitue du pain béni pour l'extrême droite. Depuis des mois, le parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD), qui a fait une entrée remarquée l'automne dernier à la Chambre des députés nationaux, attaque la chancelière Angela Merkel sur sa politique migratoire.    

 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma