Économie

Le ministre turc des Finances, Berat Albayrak, a déclaré lors d’une conférence avec des milliers d’investisseurs que son pays était confronté à des anomalies de marché, notamment la grave crise monétaire qui l’a touché la semaine dernière, rapporte Reuters. 
Albayrak a précisé aux investisseurs que la Turquie n’hésiterait pas à apporter du soutien au secteur bancaire, capable de résister à la volatilité actuelle et que les banques n’avaient pas subi d’importants retraits aux guichets. Le ministre a également expliqué que son pays ne ferait aucun compromis en matière de discipline budgétaire et que la baisse de l’inflation était une priorité absolue. «La Turquie n’était pas un pays très endetté, sa dette s’élevait à 137% du produit intérieur brut au premier trimestre. Tous les ministres ont pour mandat de réaliser d’importantes économies», ajoute-t-il.

Lors de cette conférence, Albayrak a expliqué que la Turquie n’a jamais pris de mesures allant à l’encontre des lois du marché, et les contrôles des capitaux ne seront jamais à l’ordre du jour. Il a précisé aussi qu’il s’attendait à un excédent primaire de six milliards de livres turques à fin 2018.
Rappelons que la devise turque a perdu 34% depuis le début de l’année en cours. Cette dépréciation trouve son origine dans les inquiétudes des investisseurs face à l’influence exercée par Erdogan sur la politique monétaire du pays et par l’escalade des tensions avec les États-Unis.

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma