Économie

Bank Assafa, banque participative, filiale d’Attijariwafa bank, semble sur la bonne voie. C’est en tout cas ce que confirme au «Matin», Youssef Baghdadi, président du directoire de Bank Assafa. Selon lui, la banque qui s’apprête à publier ses résultats semestriels à fin juin a une longueur d’avance par rapport au marché et affiche ses ambitions notamment en termes de couverture géographique. Fin 2018, la banque devra compter 40 agences dans les principales villes du pays, confie au «Matin» Youssef Baghdadi.

Le Matin : Bank Assafa vient d’opter pour la solution iMAL du koweïtien Path Solutions pour son logiciel bancaire conforme à la sharia. Sur quels critères vous êtes-vous basés pour ce choix ?
Youssef Baghdadi :
Nous avons choisi Path Solutions parce qu’il est le leader des solutions intégrées pour la finance islamique. 
La particularité de leur solution réside dans le fait qu’elle soit conçue spécifiquement et exclusivement pour la finance islamique et non comme d’autres solutions qui sont développées pour la banque conventionnelle puis adaptées pour la finance islamique. Le produit que nous avons choisi dispose également de plusieurs avantages. La Plate-forme est en effet ouverte, évolutive, rentable et avec laquelle on peut gérer plusieurs produits innovants. 
Cette solution est d’ailleurs installée au niveau de plusieurs banques leaders en finance islamique notamment au Moyen-Orient. 

Quel produit allez-vous lancer prochainement ?
Pour le moment, nous attendons la certification des autorités notamment le Conseil supérieur des Oulémas pour le lancement de notre produit Ijara, dont le principe s’approche de la location longue durée (LOA). Nous n’avons pas encore de visibilité par rapport au calendrier d’approbation par le Conseil supérieur des Oulémas.

Comment avance votre projet d’extension du réseau Bank Assafa ?
D’ici fin août, nous allons atteindre 34 agences, une à Mohammedia et deux à Casablanca dans les quartiers Hay Mohammadi et Aïn Sebaa. Une autre agence à Rabat devra suivre. D’ici fin 2018, nous aurons un réseau étoffé d’une quarantaine d’agences. Notre objectif est d’arriver à une centaine d’agences d’ici 2021. 
En plus de notre réseau physique, 
nous disposons également d’une agence digitale. 

Comment évoluent vos indicateurs financiers et les ouvertures de comptes ?
Nous allons publier très prochainement nos résultats semestriels à fin juin. Ce que je peux vous dire, pour le moment, c’est que nous avons une véritable longueur d’avance par rapport au marché.  Nous sommes en ligne avec nos objectifs ambitieux et notre activité et notre évolution se passe bien. Le principal défi, à mes yeux, se situe au niveau de notre capacité à convaincre, sensibiliser et communiquer afin de mettre davantage les clients potentiels en confiance et les attirer vers la finance islamique notamment la population non bancarisée. Sur ce point aussi, nous sommes sur la bonne voie. 


Propos recueillis par Mohamed Amine Hafidi

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma