Fête de la Jeunesse

Deux programmes, «Jeunes Reporters pour l’environnement», lauréat de 10 prix nationaux et 3 distinctions internationales, et «Éco-Écoles» impliquant 1.925 établissements scolaires, illustrent l’implication, la sensibilisation et la prise de conscience de la jeunesse de l’impératif de la préservation des ressources naturelles de la protection de l’environnement.

Une trentaine d’élèves avaient été initiés, en avril dernier, à l’observation des modalités de fonctionnement des nurseries artificielles à poissons immergés dans la lagune de Marchica installés pour favoriser la reproduction des poissons et soutenir la biodiversité. C’est là un des exemples des activités initiées et réalisées au profit des élèves par le programme d’éducation «Éco-Écoles» de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement. Lors de ces activités menées extra-muros à Nador, neuf éco-écoles situées à proximité de la lagune de Marchica ont été invitées à participer à cette activité de sensibilisation à la préservation d’un milieu naturel fragile et à en protéger la biodiversité. Il s’agit des écoles labellisées «Pavillon vert» et celles situées à proximité du cordon dunaire de la lagune : Omar Moukhtar, Oued El Makhazine, 
Hassan II, Abdelmoumen, Oum El Mouaminine, Ouled El Arabi, Groupe scolaire Ibn El Ass, Boukana, Aregmane et El Jazera. Chacune de ces éco-écoles parraine un récif artificiel et suit le développement des alevins. Ces activités ont été suivies par des ateliers thématiques organisés par les partenaires nationaux et internationaux du projet de la lagune de Marchica, un espace remarquable pour sa biodiversité, qui fait l’objet d’un programme de sauvegarde mené par la Fondation et les acteurs concernés, depuis 2009. Actuellement, plus de 68 pays dans le monde ont adopté le programme «Éco-Écoles», lancé par la Fondation pour l’éducation à l’environnement. Kenza Khellafi, chargée du Programme de l’éducation environnementale à la Fondation Mohammed VI, avait alors indiqué que cette initiative, la première du genre au niveau de Nador, a pour objectif d'expliquer aux élèves l'importance de la sauvegarde du littoral et de l'écosystème marin, mais aussi les procédés d'immersion de récifs artificiels qui sont installés pour favoriser la reproduction des poissons. Au Maroc, le programme «Éco-École» a été implanté par la Fondation 
Mohammed VI pour la protection de l’environnement en 2006 en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale, la formation professionnelle, la recherche scientifique et l’enseignement supérieur. À présent, 1.925 écoles y sont inscrites, 44% rurales et 56% urbaines. Un total de 262 éco-écoles ont été labellisées «Pavillon vert» en plus de 71 écoles qui ont obtenu un certificat argent et 93 un certificat bronze. Lors de l’observation des nurseries de la lagune de Marchica, les élèves étaient suivis par des journalistes en herbe issus d’un autre programme d’éducation de la Fondation : «Jeunes Reporters pour l’environnement». Ce dernier est un programme créé par le Fondation pour l’éducation à l’environnement auquel 34 pays participent. Au Maroc, il a été introduit par la Fondation 
Mohammed VI pour la protection de l’environnement en 2002 et a vu plus de 22.000 lycéens et collégiens de 11 à 21 ans y prendre part. Un total de 186 de leurs reportages ont été primés au concours national et 24 au concours international. Ces élèves ont été accompagnés par plus de 8.000 encadrants. En plus de ces deux programmes, un autre et non des moindres implique également les jeunes lycéens. Initié par l’Association des enseignants des sciences de la vie et de la Terre et qui vise à faire de 90 quartiers, 100 établissements scolaires et 20 sites naturels de 22 villes marocaines des exemples pilotes de l’esthétique, du 
développement durable et du civisme. Selon l’association, 47 ONG de quartiers ont été sensibilisées et formées, 74 points noirs identifiés dont 27 éliminés et le système de tri instauré à 70% dans la plupart des quartiers ciblés. Le programme de la coproduction de la propreté est lauréat du concours mondial «100 projets pour le climat» qui a pour objectif d’accélérer l’émergence d’initiatives citoyennes pour 
lutter contre le réchauffement climatique.

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma