Société

Les patients en France pourront bénéficier, dès le 15 septembre, de la téléconsultation, une vraie consultation médicale, mais à distance, pouvant donner lieu à une ordonnance numérique. Tous les cas médicaux vont pouvoir, en effet, faire l'objet d’une consultation à distance à partir de cette date en vertu d’un arrêté publié récemment au «Journal officiel» qui constitue le couronnement de plusieurs mois de négociations entre l'assurance maladie et les syndicats de médecins. Sur le fond, la consultation se déroule de la même manière que chez un médecin. Le praticien interroge son patient, pose un diagnostic, prescrit éventuellement un traitement adapté ou ordonne des examens physiologiques ou autres... Les honoraires ont été fixés à 25 euros pour les généralistes et 30 euros pour les spécialistes
Parallèlement à la téléconsultation, la téléexpertise sera réservée «dans un premier temps» à des patients jugés prioritaires, notamment ceux vivant en zones sous dotées en médecins, ou atteints d’une affection longue durée (ALD). Dans le cas d’espèce, l’expertise est sollicitée par un médecin à un confère en raison de sa formation ou de sa compétence particulière, sur la base d’informations ou d’éléments médicaux liés à la prise en charge d’un patient, et ce, hors de la présence de ce dernier. Les honoraires du médecin «requis» se situeraient autour de 12 euros pour une consultation simple (quatre actes maximum par an et par patient), et 20 euros pour une consultation complexe (deux actes/an). La mise en place de la téléconsultation et de la téléexpertise s’inscrit dans le cadre du souci du gouvernement français de faire face à «l'enjeu majeur de l'accès aux soins pour tous». 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma