Économie

Les paiements des factures, des taxes et de la billetterie aérienne ont propulsé l’activité monétique au premier semestre de l’année. Ainsi, quelque 18 milliards de DH ont transité via les terminaux de paiement électronique (TPE) et les sites e-marchands. Parallèlement, le Centre monétique interbancaire (CMI) a recruté 3.345 nouveaux commerçants, ce qui porte son réseau à plus de 45.000 affiliés.

Le paiement par carte bancaire a le vent en poupe. Au premier semestre de l’année, les commerçants e-marchands affiliés au CMI ont encaissé 18 milliards de dirhams (21% sur un an), pour 31,3 millions d’opérations (+21,5%).
Sur la toile, les consommateurs ont déboursé 1,62 milliard de dirhams (+22% sur un an) pour 4 millions d’opérations (+22%), porté par les paiements des factures, des taxes et de la billetterie aérienne. À noter cependant que le montant moyen des transactions continue de chuter : 398 DH contre 430 un an auparavant. Cette forte dynamique de règlement des factures en ligne est assez palpable au vu des performances réalisées par la plateforme «Fatourati» de paiement multicanal des factures et des taxes (crée par le CMI). Ainsi, plus de 7 milliards de DH y ont transité à fin juin dernier (11 millions de transactions). Rappelons que Fatourati regroupe les canaux digitaux (ebanking, mbanking, GAB), mais aussi les canaux physiques partenaires (agences bancaires, points de proximité Fawatir, agences des partenaires Cash Plus et Damane Cash).

Parallèlement, «le CMI a recruté 3.345 nouveaux commerçants, atteignant le seuil des 45.000 commerçants affiliés. Le nombre de commerçants actifs, lui, ressort à 28.012, en progression de 11,7% sur un an», explique, au «Matin-Éco», Ismail Bellali, directeur adjoint du CMI. Ces progressions ont concerné l’ensemble des secteurs d’activités, avec une concentration auprès des hôtels, supérettes, pharmacies, restaurants et boutiques d’habillement. «Nous concentrons nos efforts sur l’équipement des commerçants chez qui les Marocains ont l’habitude de faire des courses quasi quotidiennes», précise le responsable.
L’offensive du CMI consiste également à élargir la palette des services offerts par les TPE, à l'heure où des banques mobiles et autres innovations de paiement sont en cours de déploiement sur la sphère monétique marocaine. Ainsi, lors du premier semestre de l’année, près d’un million de cartes émises au Maroc, sont des cartes sans contact. La moitié des cartes des touristes étrangers sont également dotées de la technologie NFC. «De notre côté, nous avons déjà équipé près de 20.000 commerçants avec des TPE certifiés sans contact», ajoute le DGA du CMI. L’acquéreur national vient, d’ailleurs, de signer un partenariat stratégique avec Mastercard permettant aux 4 millions de cartes portant la marque «cmi» de bénéficier de la technologie sans contact, et surtout de pouvoir être utilisée partout dans le monde ou sur les sites internet étrangers.
Concrètement, les porteurs de ces cartes locales pourront bénéficier des dernières technologies développées par MasterCard. À noter aussi que la spécificité «majeure» de la carte co-brandée est d’offrir aux détenteurs la possibilité de payer à l’international et sur des sites étrangers dans la limite autorisée par l'Office des changes.                   

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma