Régions

La Fondation «Nalsya» pour le développement, l’environnement et l’action sociale a organisé, dans la commune de Mnasra relevant de la province de Kénitra, la dixième édition du Festival de la pastèque, un événement qui vise la promotion d’un fruit aux vertus nutritives confirmées.

Depuis sa création, la Fondation «Nalsya» a fait de la sensibilisation et de la vulgarisation des bonnes pratiques, dans le domaine agricole, son cheval de bataille. Elle a récemment organisé la dixième édition du Festival de la pastèque, autour du thème «La valorisation de la pastèque au service du développement agricole». 
Cet événement aux dimensions agricole, culturelle, festive et environnementale vise la promotion, aux niveaux local, national et international, d’un fruit aux vertus nutritives confirmées. Et ce, dans le cadre d’une vision intégrée et durable prenant en compte le développement de la culture de la pastèque, la préservation de l’environnement et l’adaptation aux changements climatiques. Cultivée dans les contrées chaudes, la pastèque s'avère particulièrement rafraîchissante et désaltérante. 
En effet, les bienfaits de la pastèque ne sont plus à démontrer. Elle renferme 92% d'eau et assure, ainsi, un apport hydrique précieux. De plus, elle contribue efficacement à l’apport alimentaire en certaines vitamines. À titre d’exemple, une portion de 200 g représente plus de 25% de l'AJR (Apport journalier recommandé) pour la vitamine C, et près de 5% pour les vitamines B1 et B6. L'apport de minéraux et d'oligo-éléments variés contribue aussi à satisfaire les besoins de l'organisme.
«En plus de la dimension culturelle et artistique de cet événement, notre objectif est de mener des actions en faveur des producteurs de la pastèque et des associations concernées dans les régions du Gharb, du Loukkos et de Zemmour, afin de les sensibiliser à l’importance du choix des plants, de l’utilisation rationnelle des fertilisants et de l’adoption des moyens modernes d'irrigation», explique Abdelkrim Namane, directeur de la Fondation Nalsya et directeur du Festival. Et d’ajouter : «Notre souci majeur est de protéger la santé du consommateur, tout en contribuant au développement d’une filière agricole nationale qui ne cesse d’évoluer au fil du temps». 
À cet égard, ce Festival s’est illustré par l’organisation de visites à des exploitations de pastèques et des rencontres de sensibilisation en présence d’experts et d’encadrants agricoles. Elles ont constitué l’occasion pour les producteurs d’acquérir des connaissances concernant la qualité du sol, des plants, des fertilisants et des modes d'irrigation. 
Dans leurs interventions, les agriculteurs ont notamment posé des questions sur la qualité des variétés de la pastèque, sur les techniques à utiliser pour la préservation de l’environnement et le développement des rendements. Ils n’ont pas manqué d’exprimer leur besoin en termes de formation continue pour la promotion de leurs connaissances en la matière.
Il est à souligner que le Maroc exporte 98% de sa production de pastèques vers l’Union européenne contre 1,5% seulement vers l’Afrique. Abdelkrim Namane a exprimé le souhait que le Maroc exporte davantage ce produit vers le continent africain, dans le cadre d’une coopération Sud-Sud, sachant que le Royaume est dans le Top 30 des plus grands producteurs de pastèques dans le monde. Il occupe le 24e rang au niveau mondial, avec une production annuelle de 437.061 tonnes. Il est, par ailleurs, placé deuxième en ce qui concerne la productivité, avec une moyenne de 4,54 kg/m². En 2016, la production mondiale de pastèques s’est établie à plus de 117 millions de tonnes, selon les données de «FaoStat», l’Agence de statistiques de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). La superficie mondiale consacrée à la production de pastèques était de plus de 3,5 d’hectares en 2016, avec un rendement moyen par m² de 3,34 kilos.
La Chine est le plus gros producteur mondial de ce fruit, puisqu’elle cultive 67,54% de la production mondiale, soit 79 millions de tonnes annuellement. Son rendement moyen est relativement haut : 4,2 kg/m². 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma