Nation

Depuis plus d’une semaine, le Maroc traverse une période de canicule, avec des températures pouvant atteindre les 42 °C. Cette vague de chaleur a causé des dégâts chez les producteurs de volaille.

Selon notre confrère «Assahra Al Maghribia», qui cite Jaber Abou Bakr, président de l’Association marocaine des aviculteurs, «20% de l'élevage de volaille est décimé». Un chiffre qui risque d'être revu à la hausse dans les prochains jours. Ce taux de mortalité en hausse, malgré les pertes importantes qu’il a causées aux professionnels du secteur, n’impacte pas le marché, «qui reste stable, car l’offre en volaille dépasse la demande. Le prix au kilo se situe à 10 DH», souligne M. Abou Bakr. Il varie également suivant les régions, mais aussi selon l'équipement des exploitations, les fermes sous-équipées enregistrant les plus forts taux. La chaleur a eu raison de la production du poulet de chair dans les régions du sud et du sud-est et dans certaines villes comme Marrakech, Benguérir, Rehamna, Berrechid, Settat, Zaouiate Sidi Laâydi et Bouskoura. S'il est difficile d’évaluer véritablement l’impact de cette vague de chaleur, on sait néanmoins que «la chaleur empêche la volaille de consommer les quantités habituelles d'aliments, ce qui se ressent sur le niveau de productivité et la croissance des espèces», a-t-il déclaré. Le responsable a insisté sur le fait que la filière avicole au Maroc est vaste, mais qu'elle rencontre cependant des problèmes de commercialisation. 

Lisez les détails dans notre édition du lundi sur Assahra Al Maghribia

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma