Fête du Trône

Pour Masen, 2018 est l’année des grandes réalisations. Dans les toutes prochaines semaines, l’ensemble du complexe Noor Ouarzazate sera finalisé et livré, devenant ainsi, avec une capacité installée de 580 MW, le plus grand complexe solaire multi-technologique au monde. La première centrale de ce complexe, Noor OuarzazateI, opérationnelle depuis février 2016, a d’ailleurs poursuivi dans de bonnes conditions sa production électrique, au profit de près de 600.000 habitants. Pour son développement à l’international, l’Agence a pour ambition de créer des opportunités d’exportation de son électricité propre et de son savoir-faire dans la valorisation des énergies renouvelables. Ainsi, des accords portant sur l’accompagnement et le conseil ont été signés cette année avec de nombreux pays africains.

Le Matin : Quel bilan de l’année 2018 pouvez-vous dresser pour Masen ?
Obaid Amrane : L
’année 2018 est une année importante dans le développement de Masen. C’est l’année de la concrétisation des grands projets lancés dans le cadre du programme solaire Noor impulsé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Avec la mise en service de 5 nouvelles centrales d’ici la fin de l’année, ce seront plus de 500 MW qui s’additionneront aux 160 MW actuels de la centrale Noor Ouarzazate I, enregistrant une augmentation de 300% de la capacité solaire installée actuellement au Maroc.
Dans les toutes prochaines semaines, l’ensemble du complexe Noor Ouarzazate sera finalisé et livré, devenant ainsi, avec une capacité installée de 580 MW qui permet de répondre aux besoins de près de 2 millions de personnes, le plus grand complexe solaire multi-technologique au monde. La première centrale de ce complexe, Noor Ouarzazate I, opérationnelle depuis février 2016, a d’ailleurs poursuivi dans de bonnes conditions sa production électrique, au profit de près de 600.000 habitants.
Toujours en 2018, les deux premiers projets des complexes Noor Laâyoune et Noor Boujdour seront finalisés et livrés. Le lancement de la deuxième phase du projet Noor PV II avec une capacité de plus de 800 MW et l’aboutissement du processus de sélection pour le projet Noor Midelt, dont la capacité dépasse elle aussi les 800 MW, sont tous deux programmés pour cette année. Autre fait marquant en 2018 : le lancement de la première centrale intégrée dans le cadre du programme éolien national. Rappelons que l’ensemble de ces avancées concourt à réaliser l’objectif de 42% du mix énergétique national d’origine renouvelable à l’horizon 2020.
En plus du développement électrique à proprement dit, l’année 2018 a vu le renforcement des quatre autres piliers de la démarche intégrée de Masen. Les efforts du groupe se sont décuplés pour assurer le déploiement d’une filière industrielle EnR compétitive. 
Ainsi, le taux d’intégration industrielle pour Noor Ouarzazate II et Noor Ouarzazate III a atteint les 35% ; et le soutien à l’entrepreneuriat dans le domaine des EnR s’est renforcé, en collaboration avec le Cluster solaire, à travers notamment la mise en œuvre de nombreuses initiatives pour le développement de la vitrine technologique marocaine dans des domaines relatifs aux applicatifs des énergies renouvelables.
Dans le cadre de sa mission de contribution à l’émergence d’une expertise nationale en matière d’EnR, Masen développe des compétences pour répondre aux besoins du secteur. Cela s’est notamment traduit par la clôture de la deuxième session de formation en partenariat avec SENER (groupe d’ingénierie et de technologie espagnol) et l’OFPPT (Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail) qui a permis de former une centaine d’étudiants aux métiers liés au CSP.
En outre, plaçant l’incitation à l’innovation et la création de valeur au cœur de sa démarche intégrée, Masen se positionne sur une R&D appliquée pré-opérationnelle adossée à un projet industriel, en étroite collaboration avec l’industrie des énergies renouvelables. Il est en effet essentiel pour Masen de prendre part à la dynamique des évolutions du secteur des énergies renouvelables, afin de se doter des technologies les plus efficientes et de contribuer à l’amélioration de la compétitivité de l’énergie propre. À la suite de l’expérience réussie du démonstrateur CPV (photovoltaïque concentré) de 1 MW sur la plateforme R&D de 200 ha à Ouarzazate et du partenariat pour le déploiement de la technologie dish stirling à grande échelle, un nouveau projet de collaboration a vu le jour cette année pour le développement de solutions de stockage d'énergie thermique.
Par ailleurs, cherchant à maximiser les retombées positives de ses projets, Masen contribue à améliorer les conditions de vie des populations locales sur les sites d’implantation des unités de production électrique. Dans ce cadre, Masen intervient comme un acteur de développement en synergie avec les autorités locales, selon une stratégie déclinée en trois axes : le désenclavement des territoires, l’amélioration du cadre social des populations et le développement et l'animation des territoires. Cela s’est traduit cette année par la mise en place de nombreuses initiatives génératrices de revenus pour la population locale.
Dans le cadre du développement à l’international, Masen a pour ambition de créer des opportunités d’exportation de son électricité propre et de ses savoir-faire en matière de valorisation des énergies renouvelables. Illustrant cette dynamique, des accords portant sur l’accompagnement et le conseil ont été signés cette année avec de nombreux pays africains. Pour finir, afin de doter Masen des structures et des moyens adéquats pour accompagner l’élargissement de ses prérogatives, une transformation stratégique, technologique et organisationnelle a été entreprise cette année au niveau du groupe.

Quel investissement a été alloué par Masen pour la mise en œuvre de ses projets 2018 ?
Dans les semaines à venir, les trois dernières centrales du complexe Noor Ouarzazate (Noor Ourzazate II, III et IV) et les deux premiers projets des complexes Noor Laâyoune et Noor Boujdour seront finalisés et livrés. L’investissement total alloué par Masen pour le développement de ces centrales dépasse les 18 milliards de dirhams.
Plus précisément :
• 9.218 millions de DH pour Noor Ouarzazate II.
• 7.180 millions pour Noor Ouarzazate III.
• Plus de 750 millions pour Noor Ouarzazate IV.
• Plus de 950 millions pour Noor Laâyoune.
• Et plus de 300 millions pour Noor Boujdour. Soutenu par de grandes institutions financières internationales telles que la Banque mondiale, la Banque africaine de développement, la Banque européenne d’investissement et la KfW, Masen a réussi à lever les fonds nécessaires au développement de ses installations énergétiques.
En ce qui concerne les centrales Noor Laâyoune I et Noor Boujdour I du programme photovoltaïque Noor PV I, Masen a procédé à la première émission obligataire verte (Green Bond) du Maroc. Cette émission, d’un montant de 1.150 millions de dirhams (106 millions d'euros), a été réalisée par le biais d’un placement privé suite à l’autorisation par l’Autorité marocaine du marché des capitaux, souscrit auprès des investisseurs suivants : Al Barid Bank, Attijariwafa bank, la Caisse marocaine des retraites et la Société centrale de réassurance.

Quel est l’impact environnemental des projets de Masen ?
Raison d’être de Masen et par conséquent au cœur de ses préoccupations, l’impact environnemental des installations énergétiques est un objectif de performance pour le groupe. Ainsi, les niveaux de CO2 évités par projet sont de plus en plus hauts et les avancées technologiques ne cessent de favoriser l’effort de Masen dans ce domaine. Alors que le premier projet de 85 MW du complexe Noor Laâyoune permettra une économie annuelle de 104.276 tonnes de CO2, celui de 20 MW du complexe Noor Boujdour permettra d’éviter 23.855 t CO2/an. Les trois centrales du complexe Noor Ouarzazate qui seront opérationnelles en 2018 apportent également leur contribution : pas moins de 300.000 t CO2/an pour Noor Ouarzazate II d’une capacité installée de 200 MW ; 222.000 t CO2/an pour Noor Ouarzazate III de 150 MW et 86.539 t CO2/an pour Noor Ouazazate IV, 72 MW.
L’autre problématique incontournable pour Masen en termes d’impact environnemental est celle de l’eau, cela d’autant plus que les zones d’implantation des installations solaires sont situées dans des régions au climat semi-aride. Pour assurer une gestion optimale de l’eau, Masen a dû faire preuve d’innovation. 
À Ouarzazate par exemple, le groupe a fait le choix de la technologie de refroidissement sec (dry cooling) pour les centrales Noor Ouarzazate II et Noor OuarzazateIII, divisant la consommation en eau du complexe par trois, 
de 6.000.000 m3/an à environ 2.100.000 m3/an.

Quels sont les grands projets déployés par Masen dans les provinces du Sud ?
Dans le cadre des efforts déployés pour l’équipement des provinces du Sud nécessaire à l’accompagnement de leur dynamique de croissance, Masen a réalisé deux premières centrales d’une capacité installée totale de 100 MW : Noor Laâyoune I et Noor Boujdour I. Ainsi :
• Le complexe Noor Laâyoune a été raccordé au réseau routier national par la réalisation d’une route de 20 km permettant la mise à niveau de l’accès à la commune de Dcheira. Ce complexe accueillera une première centrale PV de 85 MW dont la construction est terminée. L’évacuation de la puissance nominale sera effective dans les jours qui viennent.
• Sur le site de Noor Boujdour : d’une puissance installée de 20 MW, la première centrale du complexe, utilisant elle aussi la technologie PV, a été achevée et sera opérationnelle en même temps que la centrale de Laâyoune.
Toujours dans le cadre du développement des provinces du Sud, deux projets majeurs sont prévus dans la région Laâyoune-Sakia El Hamra, à savoir :
• Le lancement de la construction du projet éolien PEI 850 Boujdour avec une capacité prévue de 100 MW.
• Les extensions Noor Laâyoune II et Noor Boujdour II prévues pour une capacité totale additionnelle de 500 MW à l’horizon 2020.

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma