Économie

Le volet consacré à l'exemplarité de l’État dans la mise en œuvre de la Stratégie nationale pour le développement durable a fait l'objet d'un premier bilan présenté en Conseil de gouvernement par la secrétaire d’État au Développement durable, Nezha El Ouafi. Cette Stratégie, dont l'objectif est d'asseoir les fondements d'une économie verte à l'horizon 2030, passe par des mesures inhérentes aux administrations comme la réduction de la consommation d'énergie au kilowattheure d'au moins 20% en 2021 et celle des eaux d'irrigation des espaces verts de 30%. L'augmentation de la part des voitures écologiques devra être de 30% et le taux de recyclage des déchets de 90% à la même échéance.

L'ambition de jeter les bases d'une économie sobre en carbone d'ici 2030 ne saurait se réaliser sans l'exemplarité dont doivent faire preuve les différents services administratifs. C'est ce volet de la Stratégie nationale du développement durable, adoptée en juin 2017, qui a fait l'objet d'un premier bilan, jeudi dernier à Rabat, par la secrétaire d’État, Nezha El Ouafi, en Conseil du gouvernement. L'été 2019 étant le dernier délai pour l'intégration du développement durable dans les politiques publiques sectorielles et régionales, un premier bilan a donc été établi. La Secrétaire d’État a fait savoir que ces objectifs passent par la réduction de la consommation d'énergie au kilowattheure de 20% en 2021, le volume d'eau d'irrigation des espaces verts devra baisser de 30%. Il a été également proposé d'augmenter de 30% la part des voitures écologiques (hybrides ou électriques) du parc de l’État (qui représentera 30% du parc à l’horizon 2021), tout en réduisant la consommation de carburant d'environ 10% d'ici à 2020 et de moins de 15% en 2021, est-il noté dans le communiqué du secrétariat d’État au Développement durable. Ce dernier a également cité le tri des déchets à la source au niveau des administrations qui devra atteindre 30% en 2019 et 90% en 2021. Ce taux ne serait actuellement que de 7% à en croire le président de l'Association des enseignants des sciences de la vie et de la Terre (www.lematin.ma). Les commandes publiques durables et responsables devraient passer de 20 à 40 pour atteindre les 60% du total des achats effectués par les administrations. Le secrétariat rappelle qu'il est nécessaire que chaque administration réalise un audit environnemental de ses bâtiments courant 2018 ou au début 2019 pour adapter les indicateurs et les cibles qui la concernent.
Ainsi, Mme El Ouafi a proposé que les priorités du Plan de l’exemplarité de l’État 2019-2021 devraient porter sur l'utilisation des énergies renouvelables et l'efficacité énergétique. Outre le volet consacré à l'exemplarité des services administratifs de l’État, la Stratégie nationale du développement durable se décline également au niveau sectoriel et territorial. En mai dernier, la secrétaire d’État avait fait savoir que 16 plans d'action avaient été validés et que 3 autres sont cours de validation. Enfin, Nezha El Ouafi a informé le gouvernement qu’une étude a été lancée avec l’appui du Programme des Nations unies pour le développement pour un meilleur ciblage des priorités. 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma