MTF

Trois principales questions ont été mises en avant dans le cadre du deuxième panel des travaux de la troisième édition du Moroccco Today Forum (MTF). Panel dont la thématique choisie a pour titre «Régionalisation et stratégie ascendante : quel apport pour le citoyen ?»

la première question posée par l’animatrice de ce débat, la journaliste libanaise Salma El Haj, était sur la place de la femme et son rôle à jouer dans le cadre de la régionalisation. Répondant à cette question, Nchimunya Hamukoma, représentant le Centre de recherche la Fondation Brenthurst (Afrique du Sud), a demandé d’en finir avec l’acception selon laquelle on cherche à insister sur la place démographique de la femme. Tranchant sur cette question, elle a considéré que la femme constitue la moitié de la société.
La deuxième question posée concerne la mise en place de la régionalisation face aux pressions et contraintes étrangères. C’est le cadre onusien Younes Abouyoub, directeur de la Division de la gouvernance et de la construction de l'État pour la région MENA (Moyen-Orient/Afrique du Nord) des Nations unies, qui s’est longuement exprimé sur cette problématique. Il a considéré que l’être humain doit être au centre de tous les efforts et toutes les stratégies et que l’État doit être au service du citoyen et répondre à ses besoins. Pour lui, la décentralisation doit permettre de rapprocher l’État du citoyen et la régionalisation est l’outil approprié pour y arriver. La troisième problématique soulevée lors de ce panel concerne l’équation public-privé. Intervenant à ce sujet, Laoye Jaiyeola, président de l’organisme Nigerian Economic Summit Group (NESG), a critiqué la position des élites et décideurs qui regardent le citoyen d’en haut. Il a considéré que ces derniers pèchent par le fait qu’ils croient connaître tous les problèmes des citoyens et élaborent des plans qui leur sont destinés. Il a appelé à ce qu’il y ait un dialogue entre les acteurs publics et privés pour pouvoir servir le citoyen. 
Cependant, Younes Abouyoub a souligné que si cela doit être fait, il faut que ce soit l’État qui établisse le cadre général et la vision qui ne peuvent être cédés au privé qui, lui, cherche le profit. 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma