Société

Beaucoup de filles quittent l’école précocement dans les pays émergents et sous-développés. Le manque d’éducation ne coûte pas qu’à ces filles, mais aussi à leurs futurs enfants, à leur foyer et à leur pays.

Selon un récent rapport de la Banque mondiale, l’accès limité des filles à l’éducation et les obstacles à l’achèvement d’une scolarité de 12 ans coûtent aux pays entre 15.000 et 30.000 milliards de dollars de perte de productivité et de revenus tout au long de la vie. «Moins des deux tiers des filles vivant dans les pays à faible revenu vont au terme de l’enseignement primaire, seule une fille sur trois achève le premier cycle du secondaire», a estimé le rapport «Missed Opportunities : The High Cost of Not Educating Girls», publié il y a quelques jours.
Les femmes qui terminent leurs études secondaires ont, en moyenne, davantage de possibilités de travailler et donc de gagner pratiquement deux fois plus que celles qui ont été privées d’école. En fait, les filles qui continuent leurs études sont des avantages pour leur communauté, il y a «une quasi-disparition des mariages précoces, une diminution d’un tiers du taux de fécondité dans les pays à fort accroissement démographique et une baisse de la mortalité et de la malnutrition des enfants», a assuré le rapport. L’objectif de la Banque mondiale est de combattre l’inégalité scolaire et donc permettre aux filles d’avoir les mêmes chances de réussite que les garçons, «nous ne pouvons continuer à laisser l’inégalité des genres faire obstacle au progrès global», a expliqué la directrice générale du groupe de la Banque mondiale, Kristalina Georgieva, à l’occasion de la publication de ce nouveau rapport. «L’inégalité dans l’éducation fait également partie de ces problèmes que nous sommes en mesure de résoudre et son coût s’élève à plusieurs milliers de milliards de dollars à l’échelle mondiale. Il est temps de combler le fossé des inégalités dans l’éducation et de donner aux filles et aux garçons les mêmes chances de réussite, pour le bien de tous», 
a-t-elle ajouté.
Plusieurs centaines de millions de filles n’ont pas la chance d’aller à l’école et de faire des études supérieures, «130 millions de filles sont incapables de devenir ingénieurs, journalistes ou dirigeantes parce que l’éducation est hors de leur portée, le monde perd des milliers de milliards de dollars qui pourraient renforcer l’économie mondiale, la santé publique et la stabilité», a affirmé Malala Yousafzai, co-fondatrice du Fonds Malala et lauréate du prix Nobel. Jihane Tanouyat (journaliste stagiaire)

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma