Monde

La Commission européennes a annoncé, mardi, des mesures incitatives à l'adresse de pays membres pour les convaincre à abriter, sur leur sol, des centres d'accueil de migrants.

Pour l'exécutif européen qui espère que ces "centres contrôlés", soient une première esquisse de la voie qui pourrait être suivie pour mettre en place des dispositifs régionaux de débarquement avec des pays tiers, ces mesures contribuent à garantir "un véritable partage des responsabilités au niveau régional, en vue de répondre aux défis migratoires dans toute leur complexité".

«Aujourd'hui plus que jamais, nous avons besoin de solutions européennes communes en matière de migration. Nous sommes prêts à aider les États membres et des pays tiers à mieux coopérer dans le débarquement des personnes secourues en mer. Mais pour que cela fonctionne immédiatement sur le terrain, nous avons besoin d'être unis, non seulement aujourd'hui mais aussi sur le long terme. Nous avons besoin d'œuvrer à des solutions durables», a déclaré le commissaire européen chargé de la migration Dimitris Avramopoulos.

Selon la commission européenne, les centres contrôlés par l'UE permettront une prise en charge des personnes débarquées dans l'Union européenne plus ordonnée et plus efficace. Ce dispositif permettra d'améliorer le processus consistant à distinguer les personnes qui ont besoin d'une protection internationale, des migrants en situation irrégulière qui n'ont pas le droit de rester dans l'UE, tout en accélérant les opérations de retour.

Les centres seraient gérés par l'État membre d'accueil, avec le soutien plein et entier de l'UE et de ses agences, et pourraient revêtir un caractère temporaire ou ad hoc en fonction de leur situation géographique, explique l'exécutif européen.

L'une des mesures phare de ce dispositif, consiste à accorder un soutien financier aux États membres volontaires afin de couvrir les coûts opérationnels et d'infrastructure; ainsi qu'un soutien financier aux États membres acceptant le transfert de personnes débarquées (6 000 EUR par personne).

Outre l'établissement de centres contrôlés, la Commission européenne va tester le concept de dispositifs régionaux de débarquement, en étroite coopération avec l'OIM et le HCR et en partenariat avec des pays tiers.

L'objectif des dispositifs régionaux de débarquement est de permettre un débarquement rapide et sûr des personnes secourues en mer, sur les deux rives de la Méditerranée, conformément au droit international, et notamment au principe de non-refoulement, et un traitement responsable après le débarquement, explique la même source.

Dans ses conclusions des 28 et 29 juin, le Conseil européen a invité la Commission européenne à examiner sans tarder le concept de «plateformes régionales de débarquement, en coopération étroite avec les pays tiers concernés ainsi que le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM)».

Le Conseil européen a également appelé à l'établissement de «centres contrôlés» sur le territoire de l'UE, une nouvelle approche fondée sur un effort partagé en vue du traitement des personnes débarquées dans l'UE à la suite d'opérations de sauvetage en mer.

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma