Économie

Les ports marocains connaissent un niveau d’activité plutôt modéré cette année. En effet, après avoir terminé 2017 avec une progression de 8,1%, cette activité évolue en 2018 à un rythme plus lent. Ainsi, au terme des cinq premiers mois de l’année, le trafic dans les ports marocains gérés par l’Agence nationale des ports (ANP) ne s’est accru que de 3,9% à 36,39 millions de tonnes. Et ce à la faveur des importations, contrairement à l’année dernière où le trafic portuaire avait été porté par les exportations. Ainsi, le volume des importations ayant transité par ces ports s’est apprécié de 7,3% à fin mai 2018, s’élevant à 21,81 millions de tonnes, au moment où les exportations ont fait moins qu'à même période de l’année dernière, reculant de 0,4%, avec 13,08 millions de tonnes, selon les dernières statistiques rendues publiques par l’ANP.

La bonne tenue des importations n’a, toutefois, pas réellement profité au cabotage  qui n’a progressé que de 1%, avec un volume de 1,08 million de tonnes, tandis que le cabotage export a régressé à un rythme nettement plus prononcé que les exportations, accusant une contreperformance de 13,2% à 424.373 tonnes.

L’activité dans les ports marocains est tirée notamment par le trafic de charbon qui a porté sur un volume global de plus de 3,77 millions de tonnes, en accroissement de 35,3% et du souffre, avec plus 2,29 millions de tonnes, en hausse de 21,7%, ainsi que par les agrumes et primeurs, avec 47 838 tonnes, en amélioration de 34,2%. En revanche, le trafic des produits sidérurgiques a reculé de 13,2% à 544.229 tonnes et l’acide phosphorique de 12,3% à 1,4 million de tonnes.

 

 

 

 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma