Société

Le milieu hospitalier, censé être un lieu de sérénité où les malades viennent se soigner, est devenu dernièrement le théâtre de diverses scènes de violences et d’agressions, en particulier à l’encontre du personnel médical et paramédical.
De nombreux incidents ont été relatés ces derniers jours par les médias et qui ont fait réagir toutes les parties concernées, notamment le ministère de la Santé. Ce dernier a fermement dénoncé les actes d'agressions répétitifs visant le personnel médical, administratif et technique opérant dans les établissements de santé. En effet, dans un communiqué, le ministère s'insurge contre la destruction et les dommages occasionnés à l'infrastructure et à l'équipement biomédical dont disposent les différents centres de santé du Royaume, suite à des actes «violents et irresponsables» perpétrés par certains individus accompagnant des malades, affirmant sa détermination à les poursuivre en justice.

Le ministère dénonce d'abord l'agression d'un infirmier survenue lundi dernier aux urgences médicales de proximité à Aït Ourir, ainsi qu'un médecin spécialiste en gynécologie à l’hôpital provincial Ibn Baja à Taza, le 15 juillet, le lendemain de l'agression dont était victime un médecin interne à la salle des consultations de l’Hôpital régional Hassan II à Agadir. Le ministère déplore l'impact de ces agressions sur son personnel médical, affirmant qu'il ne ménagera aucun effort pour défendre la dignité du corps médical qui fournit de nobles prestations humanitaires et travaille parfois dans des conditions pénibles à fin de prendre en charge les malades.

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma