Nation

La mise en œuvre efficace et accélérée de la régionalisation avancée offre des opportunités importantes permettant de favoriser le développement économique des territoires nationaux tout en créant de la valeur ajoutée au niveau national. Un développement qui se traduit notamment par la promotion de l’emploi, l’égalité des chances et la citoyenneté. Le constat dressé par Jamal Belahrach, président fondateur de la Fondation Jobs for Africa, qui était invité de l’émission «l'Info en Face», laisse apparaître plusieurs challenges à relever dans le cadre d’un partenariat État-régions.

Comment faire des régions des moteurs de croissance et de création d’emploi ? Quels sont les leviers à exploiter pour renforcer les dynamiques régionales de l'emploi ? Autant de questions qui se posent et qui s’imposent. Pour tenter de les traiter, Rachid Hallaouy a invité, dans le cadre de son émission «l’Info en face», Jamal Belahrach, président fondateur de la Fondation Jobs for Africa. Ce dernier a dressé, lors du débat, un panorama des enjeux de la régionalisation pour la création de richesses et d'emplois.
Pour Jamal Belahrach, la régionalisation est un concept dynamique qui a été mis en place pour décentraliser le maximum d’activités afin de rendre responsables les régions et les mettre en concurrence dans le but d’attirer davantage les investisseurs. Et d’ajouter que ce modèle de développement permet de créer une dynamique économique et concurrentielle entre les régions, et les emplois suivront. C’est dire qu’une nouvelle approche s’impose, celle de se réinventer et de trouver des façons d'améliorer les acquis dans un nouvel esprit de solidarité. Dans cette configuration, il faut renforcer une démarche territoriale intégrée. D’ailleurs, «l’approche territoriale est la seule solution de croissance et d'emploi», fait savoir Jamal Belahrach. Le rôle de l’État est d’élaborer une vision globale pour régler la problématique de l’emploi sans perdre de vue que chaque région à ses caractéristiques propres décrites comme identité régionale.

Les scénarios possibles pour atteindre les objectifs
Il est également envisagé d'instaurer une vision basée sur «la solidarité régionale». «On ne peut pas laisser les territoires se débrouiller seuls. Il faut avoir une vision systémique. Ceux qui sont plus en difficulté, on doit les accompagner plus, ceux qui le sont moins, on doit les accompagner moins», précise Jamal Belahrach. Et c'est là encore une fois tout l'intérêt du politique : créer les conditions pour que chaque région s’enrichisse davantage et capte ses citoyens sur place. Les régions à l’instar des entreprises doivent répondre aux besoins réels et actuels de leur environnement. Pour cela, Jamal Belahrach suggère de mettre au cœur des stratégies la notion «d’agilité» pour être plus compétitifs. «Le temps numérique ne nous permet plus aujourd’hui d’avoir un temps politique long, parce qu’entre temps, on crée de la misère, des inégalités et donc on crée des crises et on développe l’obscurantisme», met-il en garde. La compétitivité régionale passe également par la mise en place d’une politique salariale et fiscale et sociale. «Il faut opter pour la réduction du coût du travail», plaide-t-il. «L’histoire de la TVA sociale est un des éléments stratégiques de réflexion qui permettra de répartir la charge au niveau de la consommation». Pour résumer : il est fortement recommandé de mettre en place à l'échelle régionale un système reposant sur la solidarité et la péréquation afin de minimiser les écarts susceptibles d'influer sur les inégalités au niveau des territoires. 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma