Économie

Le département de l’Équipement projette de doter le schéma logistique régional de Casablanca-Settat d’un modèle de mesure d’atténuation approprié des émissions de gaz à effet de serre (Nationally appropriate mitigation actions - NAMA). Il doit recruter le 31 juillet un consultant pour lui confier la mission de conception et d’élaboration de ce projet. Coût de la prestation : plus de 1,8 million de dirhams. Le prestataire retenu aura à réaliser un diagnostic et un benchmark sur les expériences internationales dans les systèmes de NAMA dans les secteurs du fret et de la logistique. Il doit également réaliser un inventaire des émissions des gaz à effet de serre des plateformes logistiques de la région avec une enquête pour la détermination du tonnage susceptible d’être transféré de la route vers le rail. Selon les données du ministère, le fret routier demeure le principal mode de transport des marchandises assurant 90% des flux transportés avec un parc actuel d’environ 120.000 véhicules. Il engrange une croissance annuelle de 6%. En 2011, la consommation énergétique des véhicules routiers de transport de marchandises a pesé 27,4% de la consommation totale d’énergie dédiée au secteur des transports qui constitue le premier consommateur avec plus de 40% de la consommation finale du pays. Il est ainsi considéré comme principale source des émissions des gaz à effet de serre. À elle seule, la logistique génère 1,7 million de tonnes de CO2 par an. Rappelons que dans l’un de ses axes, la stratégie nationale de la compétitivité logistique table sur la contribution à la réduction de 35% des émissions de CO2 du secteur du transport routier de marchandises à travers notamment la rationalisation de la circulation des biens dans tout le pays et l’amélioration des performances de cette activité.

 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma