Éco Actu

Les exportateurs tunisiens de cahiers scolaires ont réagi officiellement à l'imposition par le Maroc de mesures antidumping provisoires à l’encontre de leurs expéditions vers le Maroc. La délégation de la Tunisie à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a, en effet, adressé à son homologue marocaine une demande d'ouverture de consultations avec le gouvernement marocain sur ces mesures de défense commerciale. 
À rappeler que ces droits antidumping provisoires sont entrés en vigueur le 11 mai dernier pour une période de 4 mois. Les opérateurs tunisiens concernés allèguent que le Maroc a agi de manière incompatible avec un certain nombre de dispositions de l'accord antidumping de l'OMC, selon un communiqué de l'Organisation mondiale. À noter que la demande de consultations constitue le point de départ formel de la procédure de règlement des différends dans le cadre de l'OMC. Les consultations donnent aux parties l'occasion d'examiner la question et de trouver une solution satisfaisante sans engager une procédure. Au bout de 60 jours, si les consultations n'ont pas permis de résoudre le différend, le plaignant peut demander que la question soit soumise au processus juridictionnel d'un groupe spécial. Mais qu’est-ce qu’en pensent les industriels marocains du secteur ?  Pour Jalil Benddane, directeur général MAPAF, les exportateurs tunisiens auraient dû attendre que ces mesures soient définitives, ce qui pourrait arriver en septembre prochain, pour saisir l’OMC. Commentant la démarche des exportateurs tunisiens de cahiers scolaires, Jalil Benddane indique qu’ils veulent mettre la pression sur le gouvernement marocain pour influencer sa décision définitive et chercher une solution à l’amiable. 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma