Monde

Vingt-six personnes ont été tuées en deux jours dans des violences attribuées à des voleurs de bétail dans le nord du Nigeria, a annoncé mercredi l'agence nationale de gestion des urgences.

Des criminels ont attaqué à moto plusieurs villages situés à la frontière entre les États de Sokoto et de Zamfara lundi et mardi au Nigerai, tirant sur des habitants, brûlant des maisons et volant des vaches. «26 corps ont été retrouvés après les attaques», a déclaré à l'AFP un porte-parole de l'agence nationale de gestion des urgences (Nema), Suleiman Kadir. «Le bilan pourrait augmenter avec la dernière attaque de mardi». Dans le seul district de Rabah à Sokoto, où deux villages ont été attaqués, plus de 1.000 personnes ont perdu leur maison et se sont réfugiées dans la ville voisine de Gandi, a-t-il précisé. Les gangs spécialisés dans les enlèvements et le vol de bétail opèrent d'habitude surtout dans l'État de Zamfara, juste au nord de la frontière avec Sokoto, a-t-il ajouté. Cordelia Nwawe, porte-parole de la police de l'État de Sokoto, a confirmé que «trois communautés à Zamfara et deux villages proches de Rabah (Etat de Sokoto) ont été complètement incendiés», sans donner davantage de détails. Les attaques ont incité les villageois à former des milices locales pour se protéger. En avril, l'armée a été déployée à Zamfara pour combattre les gangs armés, tandis que les forces de police tentent de neutraliser les milices civiles afin de mettre un terme aux massacres. La semaine dernière, la police avait annoncé avoir retrouvé les cadavres de 41 bandits présumés, égorgés dans une forêt et dans une rivière de la région de Zurmi, à Zamfara. Quinze membres de la milice ont depuis été arrêtés en lien avec ces tueries.                                      

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma