Éco Entreprise

L’explorateur britannique vient de terminer les études sismiques de son nouveau site de potasse à Khémisset. Prochaine étape : la désignation d’un partenaire pour une campagne de forage début 2019.

Emmerson, société britannique chargée de l’exploitation du gisement de potasse de Khémisset, vient d'achever une levée sismique de 60 km. Les données sismiques recueillies seront, par la suite, complétées et analysées, dans un délai de 6 semaines à compter du 10 juillet. L’objectif de ces études étant de délimiter le bassin et fournir des informations détaillées sur les structures géologiques. Elles serviront de base à l’étude exploratoire que la compagnie entamera le premier trimestre 2019 ainsi qu'au programme de forage prévu la même période. «La levée sismique qui vient d’être achevée est le premier jalon de notre projet à Khémisset après son acquisition le mois dernier. Les résultats de ces études devront nous fournir de précieuses informations précieuses qui vont améliorer notre compréhension du bassin, notre modèle géologique et constitueront également la composante majeure de la conception et de la planification futures de la mine», a déclaré Hayden Locke, PDG d'Emmerson cité dans un communiqué.

Ce denier a rappelé la désignation du groupe Golder Associates pour la réalisation d’une étude de cadrage d’ici la fin du premier trimestre 2019. Une étude qui devra confirmer le potentiel de développement de la mine de potasse, notamment économique, puisque le projet est réputé à faible coût et bénéficiant d’un gisement peu profond. En attendant la livraison des détails de l’étude sismique, Emmerson s’attellera «les semaines à venir», selon Locke, à la recherche d’un partenaire pour les opérations de forage, prévues l’année prochaine. «Les données que nous avons acquises lors de l'étude sismique sont très utiles pour la planification de notre campagne de forage. Nous sommes impatients de publier les résultats de l'interprétation de l'étude sismique au cours de ce trimestre», a déclaré le PDG d’Emmerson. L’explorateur britannique nourrit beaucoup d’espoir pour le site marocain. Selon le groupe, celui-ci présente des avantages indéniables. Tout d’abord, le potentiel du site, qui s’étend sur 60 km, est important.

La dernière estimation du site (311,4 millions de tonnes) date de 2012. Les dernières études du groupe devront affiner ce potentiel. L’autre avantage capital pour Emmerson se situe au niveau des coûts d’exploration et de production, jugés «très compétitifs», ce qui assurera à l’explorateur une marge plus importante que ce qui se fait actuellement de par le monde. De même, l’emplacement du site, situé au nord du Maroc, ouvre des débouchés pour la potasse marocaine notamment à destination des marchés européens et surtout africains dont le secteur agricole est en pleine mutation et où les défis alimentaires sont omniprésents. Rappelons que des engrais riches en potasse sont essentiels pour une meilleure culture des sols. La potasse favorise, en effet, le développement des fruits, tubercules et racines, de même que la résistance aux maladies, l’amélioration de la qualité des cultures, une meilleure rigidité des tiges des plantes et l’accumulation des sucres sous forme d’amidon au niveau des racines, grains et tubercules. Le Maroc est bien parti pour se positionner sur un marché mondial de la potasse prometteur. Les dernières études l’estiment à plus de 31,8 milliards de dollars d’ici 2026, indique Emmerson citant une étude.

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma