Automobile

Le nouveau système de détection des nids-de-poule, intégré aux suspensions actives, détecte le moment où la roue s'apprête à franchir un trou et ajuste alors automatiquement la suspension afin de limiter l'impact du mauvais état des routes sur le véhicule.

En plus de rendre les trajets inconfortables, les nids-de-poule endommagent sérieusement les véhicules, notamment au niveau de la direction, les roues et les suspensions, engendrant des réparations qui peuvent s'avérer coûteuses.
Grâce à sa technologie de détection des nids-de-poule, intégrée à la suspension active du véhicule, Ford veut limiter l'impact du mauvais état des routes sur la nouvelle Focus. Selon le constructeur, le nouveau système détecte le moment où la roue s'apprête à tomber dans un trou et ajuste alors automatiquement la suspension afin de la retenir. «Ainsi, la roue et la direction encaissent moins de chocs, ce qui permet de les préserver plus longtemps», explique le constructeur. La suspension arrière peut même répondre encore plus rapidement que celle de l'avant du véhicule. Ainsi, dès la détection d'un nid-de-poule, la suspension avant informe la suspension arrière qui anticipe le passage des roues dans le trou, le tout dans une fraction de seconde.
La technologie de détection des nids-de-poule est rendue possible grâce aux suspensions actives de la nouvelle Focus (disponibles en option), qui mesurent et analysent toutes les 2 millisecondes les données des systèmes de suspension, de direction, de freinage et le châssis. Une fois ces informations analysées, le système ajuste les suspensions pour rendre le trajet le plus confortable possible à bord du nouveau véhicule.
«Les nids-de-poule représentent un réel problème qui n'est pas près de disparaître, mais cette technologie devrait permettre de réduire considérablement leur impact», a souligné Guy Mathot, superviseur de la partie dynamique de la nouvelle Focus.
Pour développer cette technologie, Ford a spécialement recréé une route jalonnée de nids-de-poule, sur sa piste d'essai de Lommel, en Belgique. Pour affiner la technologie, les ingénieurs ont passé des centaines d'heures à tester la suspension active de la nouvelle Focus sur cette route et sur d'autres routes à travers l'Europe.

 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma