Éco Monde

L’innovation est à son comble en Côte d’Ivoire. Le pays étudie la faisabilité d’une centrale électrique à biomasse utilisant les déchets de la production de cacao. L’annonce a été faite lors de la signature d’une série d’accords économiques en le pays et les États-Unis. L'investissement prévu pour la construction est de 235 millions d'euros. La centrale, la première du genre au monde, devrait permettre d'économiser 250.000 tonnes de CO2 par an. Si ce projet réussit, 9 autres centrales pourraient voir le jour dans ce pays.
La future centrale devrait entrer en service en 2023 à Divo. Elle générerait de 60 à 70 mégawatts (MW). La Côte d'Ivoire dispose actuellement d'une puissance totale de 2.200 MW. Les études techniques de faisabilité de cette future centrale seront bouclées en avril 2019. Elles sont financées à hauteur d'un million de dollars par l'Agence américaine pour le commerce et le développement (USTDA).
Par ailleurs, la Côte d’Ivoire, numéro un mondial de la production de cacao, génère 26 millions de tonnes de déchets chaque année. Il s’agit principalement de cabosses de cacao d'où sont extraites les graines. 
 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma