Éco Développement

Le gouvernement français a présenté son «plan biodiversité» destiné à enrayer le déclin de la diversité génétiqAue de la flore et de la faune de l'Hexagone. La France abrite une riche biodiversité, avec près de 10% des deux millions d'espèces connues dans le monde présentes sur son territoire. Mais nombre d'entre elles sont menacées par la perte de leur habitat, les pesticides ou les espèces invasives.

Le «plan biodiversité» de la France sera-t-il à la hauteur du diagnostic alarmant ? Priorité du ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, cette «grande mobilisation pour la nature» est lancée alors que les alertes se multiplient dans le monde. Et la France, 40 ans après une grande loi nature en 1976, n'échappe pas à cette lame de fond aux causes connues : pollution, surexploitation des ressources, destruction des milieux naturels... Métropole et outre-mer confondus, près d'une espèce sur trois est en danger de disparition en France, note l'Observatoire national de la biodiversité, quand seulement la moitié des zones humides, 43% des eaux de surface et 22% des milieux d'intérêt européen sont en bon état. Jeudi dernier, le Premier ministre français, Édouard Philippe, avait mis en garde contre le risque d'un «effondrement». Annonçant «cinq axes» de travail, dont un plan contre l'artificialisation des sols, la mobilisation des acteurs économiques et l'action au niveau international, il avait souhaité une France exemplaire. Sur les 180.000 espèces recensées en France, plus de 1.500 sont considérées comme menacées au niveau mondial et figurent sur la liste rouge de l'Union internationale de la conservation de la nature. La liste rouge, qui a évalué 6.500 espèces depuis 2007, estime de son côté que 26% de ces espèces sont menacées sur le territoire français dont des mammifères, comme le vison d'Europe, le lapin de garenne, le lynx, le loup ou encore l'ours, mais aussi des oiseaux comme la bécassine des marais. 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma