Nation

La section de l’Afrique du Nord de la Commission économique pour l'Afrique a organisé, mardi et mercredi à Rabat, des réunions pour faire le point sur les progrès réalisés, les défis et les bonnes pratiques dans la mise en œuvre des objectifs de développement durable en Afrique du Nord. Un rapport a fait état du bilan du Maroc en la matière.

Les progrès réalisés au Maroc en matière de mise en œuvre des Objectifs de développement durable (ODD) de l’Agenda 2030 ont été exposés mardi dernier à Rabat. C’était lors d’une réunion sur la mise en œuvre des ODD en Afrique du Nord, organisée, les 26 et 27 juin, par le Bureau de la Commission économique pour l'Afrique (CEA) en Afrique du Nord, une structure qui joue un double rôle en tant qu’organisme régional de l’ONU et en tant que partie intégrante du paysage institutionnel régional en Afrique.
Ayant lieu avec la participation d’une cinquantaine d’experts, des représentants des sept pays de l’Afrique du Nord (Algérie, Égypte, Libye, Maroc, Mauritanie, Soudan et Tunisie), cette rencontre a également permis d’établir un premier bilan de la mise en œuvre des ODD dans le reste des pays de l’Afrique du Nord. L’objectif de cette réunion était de présenter et de discuter des progrès réalisés par les pays de l’Afrique du Nord dans la mise en œuvre et le suivi des ODD et d’approfondir la réflexion sur les points qui demandent à être renforcés, notamment la gouvernance institutionnelle et la participation effective de la société civile et du secteur privé, l’intégration des ODD dans les politiques publiques, les mécanismes de budgétisation et de mobilisation des ressources et, enfin, les indicateurs et données.

Sur un plan thématique, la réunion s’est focalisée sur les thèmes prioritaires de l’emploi et de la sécurité alimentaire. Les discussions se sont basées sur les résultats du premier rapport sur la mise en œuvre des ODD au Maghreb (Algérie, Maroc, Mauritanie et Tunisie), élaboré par le bureau du CEA, en collaboration avec l’Union du Maghreb arabe (UMA). Ce document fournit un aperçu de la situation des pays (Maroc, Algérie, Mauritanie et Tunisie) par rapport à des indicateurs clés qui touchent à des problématiques importantes pour l’Afrique du Nord comme la sécurité alimentaire, l’emploi des jeunes et des femmes, la transition énergétique et industrielle ou encore la désertification et le changement climatique, soulignent les organisateurs.
«Entré dans sa troisième année de mise en œuvre, l’Agenda 2030 constitue encore un défi majeur et il reste un long chemin à parcourir pour construire des sociétés résilientes et durables. Si des progrès ont été réalisés dans de nombreux domaines, les inégalités socioéconomiques persistent à plusieurs niveaux, qu’il s’agisse de l’exclusion des jeunes et des femmes du marché de l’emploi (33% des jeunes sont au chômage), des inégalités de genre, de la marginalisation de certains territoires et des risques par rapport à la sécurité alimentaire, ou encore des disparités dans l’accès à des services de base comme l’éducation, la santé ou la protection sociale», a souligné, lors de la séance d’ouverture, Lilia Hachem Naas, directrice du bureau de la CEA en Afrique du Nord.

À cette occasion, Abdellah Ben Mellouk, directeur de la coopération multilatérale et des affaires économiques internationales au ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale, a mis en avant les actions menées par le Maroc dans ce cadre. Il souligne ainsi que, après leur adoption par l’assemblée générale de l’ONU, le département marocain des Affaires étrangères a pris l’initiative d’organiser une première consultation nationale sur les ODD en mai 2016, en partenariat avec le Haut Commissariat au Plan et le système des Nations unies. L’objectif ayant été de sensibiliser toutes les parties prenantes nationales à la mise en œuvre des ODD.
Dans ce sens, le responsable marocain a annoncé que le Maroc s’apprêtait à organiser une deuxième consultation en vue d’approfondir la réflexion sur les conclusions de la première consultation et particulièrement pour le suivi et l’évaluation. «Par ailleurs, il est à souligner que le Maroc a été parmi les premiers pays à se présenter pour l’examen volontaire des premières mesures prises pour la mise en œuvre des ODD, dans le cadre du Forum politique de haut niveau sur le développement durable ayant eu lieu à New York en juillet 2016. Bien entendu, le Maroc demeure engagé pour contribuer à la promotion d’un partenariat mondial pour le développement durable solidaire, et à la promotion de la coopération Sud-Sud triangulaire. La promotion de l’échange d’expérience et de bonnes pratiques entre les pays de notre région parait indispensable», a-t-il déclaré. 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma