Éco Entreprise

Vendre son lait frais pasteurisé sans profit et au juste prix. C’est l’engagement que vient de prendre Centrale Danone après deux mois de boycott. Le PDG du groupe, Emmanuel Faber, en déplacement au Maroc, affirme avoir pris le temps de rencontrer l’ensemble des concernés (consommateurs, épiciers, jeunes, mamans, représentants des salariés et éleveurs) avant de prendre cette décision.

Centrale Danone veut vendre son lait frais pasteurisé au prix coûtant. L’annonce est d’Emmanuel Faber, PDG de Danone, actionnaire à 99,5% de Centrale Danone, qui s’adressait mardi à la presse. «Nous sommes prêts à ne plus faire aucun profit sur ce lait», a-t-il déclaré. Le spécialiste des produits laitiers assure rechercher l’équité pour la marque et un prix le moins cher possible pour les épiciers et les consommateurs. Le tout en protégeant au maximum le prix payé aux éleveurs. Cette décision intervient suite au mouvement de boycott qui a touché la marque. «Nous avons été marqués par ce boycott. Je le respecte bien que je le regrette. C’est pourquoi je suis allé à la rencontre de consommateurs, épiciers, jeunes, mamans, représentants des salariés et éleveurs», a révélé le PDG de Danone.
Pour y arriver, de façon durable, l’industriel «fait confiance» aux épiciers et consommateurs, parties prenantes de la filière pour «décider ensemble» de ce que doit être «le juste de prix». L’actionnaire majoritaire de Centrale Danone compte donc beaucoup sur ses partenaires pour relever ce défi. «Le lait pasteurisé Centrale vivra si vous adhérez largement à cette idée et si demain, elle devient la vôtre», a déclaré Faber. Vendre le lait frais pasteurisé sans profit n’est pas le seul engagement pris par le patron de Danone. Il a aussi avancé la transparence. «C’est un point sur lequel nous insistons. Nous avons depuis toujours offert un lait frais pasteurisé exclusivement naturel, sans additifs ni antibiotiques. Il est important pour nous de maintenir la confiance avec nos consommateurs», a déclaré le PDG. Rappelons que Centrale Danone a publié un profit-warning dans lequel elle prévoit une baisse significative de son activité au terme du premier semestre 2018, avec une perte de 20% de son chiffre d’affaires. Calculée sur la base d'un repli de 50% de ses revenus consolidés depuis le démarrage du boycott (www.lematin.ma), cette baisse devrait générer pour l'entreprise un résultat net négatif de 150 millions de DH, contre 56 millions à la même période de 2017. 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma