Éco Entreprise

Veolia innove en proposant le premier site de recyclage des panneaux solaires en France. Dans une dizaine d’années, la quantité de déchets collectés est estimée à 60.000 tonnes, en tenant compte de la taille actuelle (8 gigawatts) du parc français, de son âge moyen et de la durée de vie des panneaux.
Pour parvenir à recycler ces énormes panneaux, Veolia compte sur une machine, créée spécialement par l’entreprise italienne La Mia Energia. Les panneaux sont alors découpés en plaquettes et les matériaux séparés (aluminium, verre, silicium, plastique et divers métaux).
Au final, 92% sont transformés en matières premières recyclées, 3% (du plastique) sont destinés à alimenter en énergie des cimenteries et seulement 5% de la masse totale n’est pas recyclée du tout.
Le site, qui ouvre officiellement le 3 juillet, n’en est qu’à ses débuts : des centaines de milliers de tonnes de panneaux vont progressivement arriver en fin de vie, dans le monde. Pour Veolia, il s’agit donc d’un investissement sur le long terme, le pic du marché est prévu dans 5-10 ans.
Le groupe français veut donc s’imposer d’ici là en travaillant avec d’autres entreprises comme Saint-Gobain, pour améliorer la pureté du verre recyclé afin de l'utiliser de nouveau dans la production de panneaux solaires.
La première année, 1.000 tonnes devraient être ainsi traitées. C’est une infime quantité rapportée au volume des panneaux mis en service en France (190.000 tonnes en 2016-2017) et plus encore au niveau mondial. Le tonnage traité par le site du Rousset en France devrait progresser de 30 à 40% par an pour atteindre un total de 8.000 tonnes. 

 

 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma