Éco Monde

Quatre milliards d’euros. C’est le manque à gagner que les entreprises exportatrices françaises ont supporté depuis 2016 en raison du vote en faveur du Brexit, selon une estimation de l’assureur-crédit Euler Hermes. 
«Avant qu’on évoque le Brexit, le Royaume-Uni faisait régulièrement partie du top 5 des destinations à potentiel pour la France, ce qui n’est désormais plus le cas», a déclaré Ana Boata, économiste en charge de l’Europe chez Euler Hermes, citée dans un communiqué, repris par Reuters. Dans un contexte de fort ralentissement des importations britanniques, sur fond de fléchissement de la demande intérieure au Royaume-Uni, les entreprises françaises ont connu plus de difficultés à trouver de nouveaux débouchés, souligne Euler Hermes. Selon les données présentées par Ana Boata, les secteurs ayant été le plus pénalisés, du fait de leur exposition au marché britannique, sont l’automobile (avec un manque à gagner de 1,2 milliard d’euros), les outils et équipements (-0,8 milliard), l’agroalimentaire (-0,8 milliard) ou encore la pharmacie (-0,6 milliard). Dans le même registre, une autre étude a démontré l’effet négatif du Brexit sur l’économie européenne. 
En effet, un tiers des entreprises européennes prévoit de réduire leurs investissements en raison du Brexit et plus d’une sur dix parmi celles, qui sont présentes en Grande-Bretagne, envisagent de se retirer complètement du pays, selon une enquête réalisée par la banque suisse UBS. 
La moitié des 600 entreprises interrogées entre le 8 et le 29 mai ont toutefois déclaré que la perspective d’une sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne ne les conduirait pas à modifier leurs projets d’investissements. 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma