Éco Actu

La filière des plantes aromatiques et médicinales (PAM) est promise à un bon décollage. L’Agence nationale des plantes médicinales et aromatiques (ANPAM) compte, en effet, la doter d’un référentiel national. Il doit commanditer le 24 juillet prochain, pour plus de 2,59 millions de dirhams, l’étude d’élaboration de ce document. Concrètement, le référentiel en projet permettra d’identifier, cartographier et caractériser les PAM nationales pour les différentes utilisations. Il devra ainsi constituer une référence scientifique détaillée des PAM et leur cartographie par région. Il représentera également un outil d’aide à la décision en termes d’apports économiques de chaque plante médicinale et aromatique et aussi un dispositif pour l’orientation de la recherche scientifique dans le secteur. Selon l’ANPAM, le Maroc dispose d’un important patrimoine en plantes médicinales et aromatiques dont l’endémisme est marqué. Ces plantes sont exploitées pour plusieurs fins : médecine traditionnelle, aromates, cosmétique, conservation alimentaire, exportations des plantes brutes et huiles essentielles. Les états actuels chiffrent les plantes à potentiel aromatique et/ou médicinal à près de 400 plantes. La chaîne de valeur est «très complexe» et fait intervenir plusieurs acteurs aussi bien au niveau des ressources en PMA que sur leur valorisation. Le Royaume brigue le rang de douzième exportateur mondial avec 52.000 tonnes de plantes et 5.000 tonnes en huiles essentielles. Les principaux produits exportés sont les caroubes, l’huile d’argan, le romarin, le thym, les huiles essentielles et la rose. Mais, ces efforts restent timides, selon l’ANPAM puisque l’essentiel de la valeur ajoutée est assuré à l'étranger. 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma