Monde

Les Nations unies ont demandé vendredi aux États-Unis de réformer leur politique migratoire, estimant que ni la séparation des enfants de migrants ni leur détention n'étaient des options envisageables. «Nous nous opposons à la séparation des enfants de leurs familles à des fins de contrôle migratoire, mais nous nous opposons également aux détentions», a affirmé un porte-parole du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef), Christophe Boulierac, lors d'un point de presse à Genève. Dans un spectaculaire retournement, Donald Trump a décidé mercredi de mettre fin aux séparations des familles de migrants arrivées illégalement aux États-Unis, qui ont provoqué une vague d'indignation mondiale et un profond malaise au sein de son parti. Le décret signé par le Président américain stipule que des poursuites pénales continueront à être engagées contre ceux qui traversent la frontière illégalement, mais que parents et enfants seront détenus ensemble dans l'attente de l'examen de leur dossier. «Nous prenons note de la décision du gouvernement américain de ne plus continuer à séparer les enfants de leurs parents. Nous comprenons que la pratique actuelle serait de détenir les enfants avec de leurs parents», a déclaré pour sa part aux médias une porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme, Ravina Shamdasani, à Genève. Selon le Haut-Commissariat, «ces alternatives doivent respecter pleinement les droits de l'Homme des migrants». 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma