Éco Monde

Les cryptomonnaies remplaceront-elles un jour les monnaies conventionnelles ? Ce n'est pas gagné, selon la Banque des règlements internationaux (BRI). «Risqué», «instable», «énergivore», l’institution estime que ces pièces virtuelles ne sont pas évolutives et risquent de souffrir de la méfiance des investisseurs à mesure qu'elles deviennent plus populaires.

L’usage des cryptomonnaies représente un vrai défi énergétique, avec des conséquences sur le plan environnemental. En effet, le système de vérification décentralisé des transactions, appelé «minage» et qui repose sur la technologie de la blockchain, réclame des ordinateurs très puissants. 
«Les installations individuelles exploitées par les mineurs peuvent accueillir une puissance de calcul équivalente à celle de millions d'ordinateurs personnels. Au moment où nous écrivons, la consommation totale d'électricité pour le minage du bitcoin équivaut à celle d'une économie de taille moyenne comme la Suisse, et d'autres cryptomonnaies utilisent aussi beaucoup d'électricité», explique le dernier rapport de la Banque des règlements internationaux qui regroupe 60 banques centrales du monde entier. 
«En termes simples, la quête d'une confiance décentralisée est rapidement devenue une catastrophe environnementale», ajoute la BRI. 
En outre, si les cryptomonnaies étaient utilisées pour réaliser des paiements au quotidien, elles seraient dans l'obligation de changer d'échelle, ce qui paraît aujourd'hui compliqué. Pour le moment, le nombre de transactions réalisées par des cryptomonnaies comme le bitcoin ou l'Ether reste très éloigné par rapport à des systèmes de paiement comme Visa, MasterCard ou même PayPal. 

«Le problème va bien au-delà de la capacité de stockage et s'étend à la capacité de traitement : seuls les super-ordinateurs peuvent tenir le rythme de vérification des transactions entrantes. Les volumes de communication associés pourraient paralyser Internet, des millions d'utilisateurs échangeant des fichiers de l'ordre d'un téraoctet», prévient l'institution.
Les cryptomonnaies connaissent déjà des problèmes de congestion, lorsque beaucoup d'opérations interviennent au même moment, ce qui entraîne une hausse du coût des transactions. 

«Les frais peuvent augmenter fortement durant les pics. En décembre denier, ils ont atteint 57 dollars par transaction. Donc, imaginez, si vous achetiez un café à deux dollars avec le bitcoin, vous deviez payer 57 dollars pour effectuer cette transaction», souligne Hyun Song Shin, conseiller économique et directeur de la recherche de la BRI.
La BRI a également mis en cause les coûts de transaction et leur valeur en tant qu'instrument d'épargne compte tenu de leur énorme volatilité. Elle a cependant mis en évidence l'intérêt de la technologie sur laquelle s'appuient les monnaies virtuelles, par exemple, pour les transferts d'argent transfrontalier, la question étant in fine de savoir si les Banques centrales pourraient à leur tour émettre des monnaies numériques. 
 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma