Éco Actu

Le secteur industriel reste globalement bien orienté en ce deuxième trimestre 2018. Après des évolutions mitigées à fin mars, les entreprises anticipent une augmentation de leur production entre avril et juin, notamment pour les phosphates et les industries alimentaires et chimiques. Toutefois, cette hausse attendue de l’activité est sans emplois, la majorité des industriels tablant sur une stabilité des effectifs, selon le Haut-Commissariat au Plan.

Le moral des industriels est au beau fixe. Leurs activités restent bien orientées pour ce deuxième trimestre 2018, selon les résultats des enquêtes de conjoncture, réalisées par le Haut-Commissariat au Plan (HCP) auprès des entreprises opérant dans l’Industrie manufacturière, extractive, énergétique, environnementale et de la construction. Toutefois, la hausse attendue de la production est sans emplois, la majorité des industriels tablant sur une stabilité des effectifs. C’est le cas par exemple des entreprises de l’industrie manufacturière. Celles-ci anticipent globalement une hausse de leur production, tirée principalement par l’augmentation de l’activité des industries alimentaires et chimiques. 
En revanche, la production devrait diminuer au niveau de la fabrication de produits métalliques, à l’exception des machines et des équipements. Concernant les anticipations de l’emploi, les industriels prévoient globalement une stabilité des effectifs employés. Pour ce qui est l’industrie extractive, les entreprises de ce secteur tablent sur une croissance de leur production. «Cette évolution serait imputable principalement à une hausse de la production des phosphates», souligne le HCP. Toutefois, au niveau des effectifs employés, les patrons des entreprises de l’industrie extractive prévoient une baisse.S’agissant de la production énergétique, après un premier trimestre timide, le secteur connaîtrait un rebond, porté par un accroissement de la production et la distribution d’électricité, de gaz, de vapeur et d’air conditionné. Ce renforcement de l’activité s’accompagnerait, néanmoins, d’une stabilité au niveau de l’emploi. Même tendance pour les entreprises de l’industrie environnementale. Elles anticipent une hausse de la production notamment dans les activités du Captage, traitement et distribution d’eau avec une stabilité des effectifs employés.

Concernant le secteur de la construction, les anticipations avancées par les chefs d’entreprises font ressortir, globalement, une stabilité de l’activité. «Cette évolution résulterait, d’une part, de l’augmentation d’activité prévue au niveau des branches des Travaux de construction spécialisés et, d’autre part, de la baisse d’activité prévue dans le Génie civil», est-il indiqué. Cette stagnation dans le secteur de la construction serait accompagnée par une stabilité des effectifs employés. Par ailleurs, au premier trimestre, le secteur industriel a connu des évolutions mitigées même si les carnets de commandes étaient jugés à un niveau normal au niveau de la majorité des branches. En clair, la production de l’industrie manufacturière aurait connu une légère hausse tirée par une augmentation de l’activité dans l’industrie automobile et la fabrication de boissons. En revanche, la production aurait diminué au niveau de la fabrication de produits métalliques (à l’exception des machines et des équipements) et de l’Industrie du papier et du carton. Globalement, le taux d’utilisation des capacités de production (TUC) se serait établi à 75% pour l’industrie manufacturière, avec une stabilité au niveau de l’emploi. 
Au 1er trimestre, la production de l’industrie extractive aurait, elle, affiché une stagnation (Le TUC à 73%) avec une diminution enregistrée pour les effectifs. L’industrie énergétique aurait également enregistré une diminution des effectifs et de la production même si le TUC se serait établi à 94%. Par contre, la production de l’industrie environnementale aurait augmenté (le TUC à 83%) en particulier de l'activité du Captage, traitement et distribution d’eau. Cette évolution a été accompagnée par une hausse de l’emploi. Enfin, pour le secteur de la construction, la production et l’emploi auraient connu une stabilité (le TUC à 69%). Par branche, on note la hausse des activités au niveau des travaux de construction spécialisés et une baisse pour le génie civil. 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma