Éco Monde

Croissance record attendue cette année pour le marché mondial de la publicité. L'agence media IPG Mediabrands table sur 6,4%, soit des revenus de 551 milliards de dollars. La danse sera menée par le numérique qui pèsera pour 45% des dépenses publicitaires mondiales en 2018 et 50% en 2020. C'est dans l’industrie automobile, alimentaire, des paris et de la finance que les budgets devraient le plus augmenter cette année.

Le marché mondial de la publicité connaîtra une croissance record de 6,4% cette année, pour atteindre 551 milliards de dollars, selon les résultats de l’étude Magna de l’agence media IPG Mediabrands. C’est le taux de croissance le plus élevé depuis 2010. En 2019, continuera de croître mais plus lentement, soit 3,5%.
Sur les 70 marchés publicitaires analysés par MAGNA, seul Singapour devrait se contracter cette année. La croissance sera la plus rapide en Europe centrale et orientale (+9,2%), l’Amérique latine (+9,6%), l’Asie-Pacifique (+6,9%) et l’Amérique du Nord (+6,3%). Pour le Canada, MAGNA prévoit une amélioration de 5%, contre 5,5% en 2017. 
Par média, les ventes de publicité numérique augmenteraient de 15,6% en 2018 pour atteindre 250 milliards de dollars. Ces dépenses devraient représenter 45% des recettes publicitaires mondiales. Taux qui grimperait à 50% d’ici 2020. Les dépenses publicitaires numériques continueront d’être alimentées par les formats sociaux (+31%) et vidéo (+27%) cette année. La recherche augmentera de 14% pour atteindre 47 milliards de dollars et reste le plus grand format publicitaire. Rien n’ébranle Google et Facebook dont les revenus combinés mondiaux ont augmenté de 31% au premier trimestre 2018. Néanmoins, MAGNA s’attend à un léger ralentissement au second semestre pour ces deux médias. De leur côté, les ventes de publicité mobile s'amélioreraient de 30% en 2018, représentant ainsi 62% du total des dépenses numériques. Les revenus provenant des ordinateurs de bureau diminueraient de 2%. Les investissements publicitaires hors ligne (télévision linéaire, presse, radio, affichage) flancheraient de 0,2% à 300 milliards de dollars.
Quand est-il maintenant des secteurs annonceurs ? 
Selon l'étude, c'est dans l’industrie automobile, alimentaire, des paris et de la finance que les budgets devraient le plus augmenter cette année. Dans le commerce et les télécoms, ils régresseraient ou au mieux stagneraient. 
 Les cinq plus grands secteurs annonceurs sont tous en croissance par rapport à l’année dernière avec, par exemple, +11% pour l’automobile et 19% pour le tourisme et les restaurants. Le secteur automobile investit de nouveau suite à la reprise des ventes. Sur les quatre premiers mois de 2018, les dépenses ont gagné 4% en moyenne, dont 10% pour Peugeot, l’un des plus grands annonceurs français, toutes catégories confondues. 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma