Éco Actu

Les intermédiaires d'assurances membres de l’Union marocaine des agents et courtiers d’assurance (UMAC) reviennent à la charge. Ils ont adressé, le 14 juin, des correspondances à la Fédération marocaine des sociétés d'assurances et de réassurance, à l’autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS) et au chef du gouvernement. Ils déplorent notamment que «l’avenir et le devenir des intermédiaires d’assurances au Maroc soient “négociés” actuellement en l’absence de l’UMAC, comme pratiqué depuis des décennies». Ils estiment que «“négocier” le tournant historique que traverse la profession de l’intermédiation en assurances, sans l’implication de l’UMAC, est une décision sélective et provocatrice d’un nombre important d’agents et courtiers», appelant le Chef du gouvernement à fixer les critères de l’association la plus représentative des intermédiaires d’assurances au Maroc conformément aux dispositions de la loi 64-12 portant création de l’ACAPS. Par ailleurs, l’UMAC a conditionné la collaboration avec la CAT par le passage du taux de la commission en TPV de 6 à 12% et a décidé de lancer «rapidement» la constitution des bureaux régionaux. 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma