Éco Monde

La Réserve fédérale américaine a, comme prévu, relevé ses taux directeurs, poursuivant le resserrement graduel de sa politique monétaire. La fourchette cible de son taux au jour le jour gagne ainsi un quart de point de 1,75% et 2%. Elle a aussi renoncé à son engagement de maintenir les taux à un niveau suffisamment bas pour stimuler l’économie «pendant quelque temps».

La Réserve fédérale (Fed) passe à l’action. Comme prévu, la banque centrale des États-Unis a relevé ses taux directeurs, confirmant la poursuite du processus de resserrement graduel de sa politique monétaire, a rapporté Reuters. Elle a, en effet, relevé d’un quart de point la fourchette cible de son taux au jour le jour entre 1,75% et 2,0%. Mais elle a aussi renoncé à son engagement de maintenir les taux à un niveau suffisamment bas pour stimuler l’économie «pendant quelque temps» tout en manifestant son intention de tolérer une inflation supérieure à son objectif au moins jusqu’en 2020.
«L’économie américaine se porte très bien», a déclaré le président de la Fed, Jerome Powell, cité par Reuters, lors d’une conférence de presse à l’issue de la réunion de deux jours du comité de politique monétaire (FOMC) dont le communiqué final a été adopté à l’unanimité. «La plupart des gens qui veulent trouver un emploi le font. Le chômage et l’inflation sont bas (...) Les perspectives d’ensemble pour la croissance demeurent favorables», ajoute-t-il, en notant qu’une poursuite des relèvements de taux à un rythme régulier favoriserait l’expansion. Et ce, relève-t-il, à un moment où la Fed se rapproche d’une forme d’optimum caractérisé par des objectifs en termes d’emploi et d’inflation pour l’essentiel atteints, tandis que l’économie absorbe bien une hausse des coûts de financement et qu’aucun signe d’une accélération incontrôlée de la hausse des prix ne se manifeste. Par cette nouvelle décision, la Fed a ainsi relevé ses taux directeurs à sept reprises depuis la fin 2015 à la faveur de la poursuite de l’expansion économique américaine et d’une amélioration continue de la situation du marché de l’emploi.

La Fed se montre ainsi confiante quant aux perspectives de l’économie du pays. Les nouvelles prévisions économiques des responsables monétaires de la Fed font, en effet, état d’une légère accélération du rythme de hausse des taux dans les prochains mois avec deux nouvelles hausses des taux directeurs d’ici la fin de l’année contre une seule anticipée jusqu’à présent. Ils s’attendent à trois relèvements l’année prochaine, un rythme inchangé par rapport à leurs prévisions antérieures livrées au mois de mars.
«Le rythme des hausses de taux graduelles de la Fed et la lente réduction de la taille de son bilan semblent solidement établis à ce stade. La trajectoire de l’inflation américaine et plus largement de l’économie devrait sans doute changer significativement pour que le FOMC (ndlr Federal Open Market Committee) s’écarte de ce schéma», a commenté Aaron Anderson, responsable de la recherche de Fisher Investments, cité par Reuters. La Fed anticipe une croissance du produit intérieur brut de 2,8% cette année, un peu au-dessus de sa précédente prévision, et un ralentissement à 2,4% en 2019. Elle table sur une inflation de 2,1% cette année et son maintien à ce niveau jusqu’en 2020. Le taux de chômage, actuellement à un plus bas de 18 ans de 3,8%, baisserait encore pour tomber à 3,6% cette année, contre une prévision de 3,8% en mars. 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma