Éco Entreprise

Après l’échec de son premier forage réalisé avec le major Eni, Chariot Oil & Gas devra entamer d’autres forages d’exploration au niveau de la licence Rabat Deep Offshore. Elle devra ainsi s’activer dans la recherche de partenaires pour ce genre d’opérations réputées très capitalistiques. Les permis concernés sont Mohammedia et Kénitra. Le premier est caractérisé par des profondeurs d'eau inférieures à 500 m, alors que celles du permis de Kénitra sont comprises entre 200 et 1.500 mètres. La cible prioritaire du permis de Mohammedia est le JP-2. «Le JP-2 est un prospect jurassique à failles carbonatées avec des ressources potentielles moyennes brutes allant de 117 à 350 milliards de barils. Le potentiel a également été identifié dans les cibles du crétacé et du tertiaire», avait récemment déclaré l’explorateur pétrolier britannique. Le premier forage sur ce permis concernera le puits LKP-1A. Les accords de partenariats et de financements pour ce forage sont réalisables, selon Chariot, puisque contrairement au puits RD-1, le LKP-1A devrait être moins onéreux, le forage étant moins profond, ce qui en fait un site à développement économique et rapide, estime Chariot. En attendant, la compagnie entamera un programme sismique sur ses permis de Mohammedia et Kénitra comprenant 500 km2 d’études 3D et 2.000 km de 2D. Le potentiel des deux prospects (Mohammedia et Kénitra) est estimé, par ailleurs, à plus de 810 milliards de barils.  

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma