Éco Conseil

L’équilibre vie personnelle et vie professionnelle est souvent difficile à assurer, surtout pendant ce mois sacré du Ramadan où l’on se voit tiraillé entre les obligations familiales et religieuses et les contraintes du travail. Une bonne organisation et un travail sur soi s’imposent pour relever ce défi au quotidien. Karima Rihani, psychosociologue et coach de performance en entreprise, nous révèle les bons comportements à adopter et les erreurs à éviter.

Éco-Conseil : Pourquoi est-il si important de maintenir un équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle ?
Karima Rihani :
Pour réussir, il faut veiller tout au long de sa période active à assurer un équilibre entre sa vie privée et sa vie professionnelle. Cela est très important dans la mesure où lorsque l'une piétine sur l’autre, notre équilibre mental, social et relationnel perd son efficacité. En d’autres termes, il s’agit d’un enjeu de performance, de bien-être et surtout de pérennité dans l’action. En effet, chacun a besoin d’avoir cet équilibre dans sa vie pour pouvoir continuer à créer et à innover tout en vivant pleinement sa vie privée et en consacrant du temps à sa famille, à ses proches ou tout simplement à soi-même. Je tiens aussi à souligner qu’un déséquilibre entre ces deux sphères peut engendrer du stress, de la colère et du burn-out qui sont d’ailleurs à l’origine de différentes maladies chroniques. Toutefois, avouons-le, créer et surtout maintenir cet équilibre, c’est un défi permanent. Pourtant, il suffit d’une bonne organisation pour le relever. Il faut être pragmatique, organisé et visionnaire afin de pouvoir se décharger de la vie professionnelle et de se donner du temps pour soi et pour sa vie privée. Je m’explique : des tâches planifiées avec un agenda structuré sont des astuces qui offrent au collaborateur la possibilité de se libérer mentalement pour pouvoir consacrer du temps à sa famille, à ses proches ou tout simplement à lui-même. 

Cet équilibre risque-t-il de faire défaut en ce mois du Ramadan ? 
Je pense que cette idée véhiculée depuis longtemps et qui implique que le mois du Ramadan est associé à la fatigue totale et à l’épuisement est erronée. Si nous avons une hygiène de vie prédéfinie et une organisation ponctuelle toute l’année, nous pouvons gérer notre fatigue et notre baisse de motivation et nous pouvons ainsi assurer et maintenir un équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée. 
Il est vrai que notre rythme de vie change pendant ce mois sacré du Ramadan, mais il est possible de récupérer par de bonnes nuits de sommeil, par une alimentation quantitative et énergétique et par des habitudes de vie positives. En dépit des contraintes de la vie professionnelle, il faut impérativement prévoir des moments pour soi, notamment pour faire une bonne marche, pour respirer à côté de la plage ou encore pour méditer. À mon avis, tout est question d’organisation. À bas les idées négatives et les stéréotypes, vive la planification des tâches et l’organisation de vie ! Je tiens aussi à souligner l’une des erreurs à éviter absolument vu qu’elle détruit cet équilibre : il s’agit de ramener le sac rempli de soucis professionnels chez soi et d’en faire un sujet de discussions quotidiennes. Cela crée une ambiance néfaste chez soi et ne permet pas au collaborateur de se ressourcer en énergie.

Justement, quelles sont les clés d’une bonne organisation pendant le Ramadan ?
Pour créer et assurer cet équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle surtout pendant ce mois sacré, je partage avec vous cinq astuces :
• Délimiter les axes de la vie professionnelle et celles de la vie privée : Il faut comprendre qu’il s’agit de deux domaines différents et qu’il est primordial de ne pas les entremêler. C’est dire qu’il faut se concentrer sur son travail quand on est au bureau et s’intéresser aux besoins de soi et de sa famille une fois en foyer. 
• Organiser et planifier ses tâches au bureau : Un plan d’action permet au collaborateur, quel que soit son niveau hiérarchique, d’éviter la surcharge et de se libérer une fois qu’il quitte son milieu de travail. Bien éventuellement, il faut répondre quand il s’agit des urgences, mais il ne faut surtout pas que ces urgences soient répétitives.
• Se donner des moments de détente au sein du bureau et hors du travail : En effet, au bureau, on peut écouter une musique relaxante, discuter avec les personnes qu’on apprécie ou celles qui sont positives et qui nous donnent de l’énergie. Après le travail, il faut obligatoirement prévoir des actions pour se renouveler en énergie : la méditation, la marche, la respiration, les activités sportives… la liste est longue et c’est au collaborateur de choisir la ou les actions qui le boostent en pleine énergie.
• Oser déléguer : C’est important et c’est bénéfique pour ne pas se trouver dans l’engrenage de «je dois tout faire». Cela permet aussi de se concentrer sur d’autres. 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma