Éco Monde

La Banque centrale européenne est de plus en plus optimiste quant à un retour progressif de l’inflation vers son objectif. Ce qui l’amènera à discuter la semaine prochaine de l’opportunité de mettre progressivement fin à son programme de rachats d’actifs (QE).

La confiance est de mise à Banque centrale européenne (BCE) quant au retour progressif de l’inflation vers son objectif. De ce fait, la BCE discutera la semaine prochaine de l’opportunité de mettre progressivement fin à son programme de rachats d’actifs (QE), a déclaré mercredi Peter Praet, le chef économiste de la BCE, cité par Reuters. Même son de cloche chez le président de la Bundesbank allemande, Jens Weidmann qui a jugé «plausibles» les anticipations d’un arrêt d’ici la fin de l’année des achats d’obligations.
À rappeler que ces opérations sont menées dans le cadre du programme d’assouplissement quantitatif («quantitative easing» - QE) lancé en 2015. Devant atteindre un montant global de 2.550 milliards d’euros, ces opérations ont permis d’éloigner définitivement la menace de la déflation tout en soutenant la croissance.
Vu ce constat, la BCE envisage donc désormais la possibilité d’entamer à l’automne le démantèlement de ce programme, même si son président, Mario Draghi, a évité jusqu’à présent toute discussion formelle sur le sujet dans l’attente de nouveaux éléments confirmant la remontée de l’inflation dans la zone euro vers l’objectif d’un peu moins de 2% que s’est fixé la banque centrale.
«Les signaux montrant la convergence de l'inflation vers notre objectif s'améliorent et tant la vigueur sous-jacente de l'économie de la zone euro que le fait qu'une telle vigueur a un effet croissant sur la formation des salaires renforcent notre confiance dans le fait que l'inflation atteindra un niveau inférieur, mais proche, de 2% à moyen terme», a-t-il dit dans un discours prononcé en anglais à Berlin, rapporte Reuters. «La dissipation des attentes par le marché de nouvelles augmentations importantes de notre programme a été accompagnée d’anticipations d’inflation qui sont de plus en plus conformes à notre objectif», a ajouté Peter Praet, un proche allié de Mario Draghi, dans sa dernière intervention avant la période de réserve («quiet period») avant la prochaine réunion du Conseil des gouverneurs de la BCE, le 14 juin. Jens Weidmann a, de son côté, déclaré : «Depuis quelque temps déjà, les acteurs du marché financier s’attendent à ce que les rachats d’actifs s’arrêtent avant la fin de 2018».
«En l’état actuel des choses, je trouve que ces attentes de marché sont plausibles», a-t-il dit, ajoutant que ce serait le premier pas vers une normalisation de la politique monétaire.
Ces propos de Peter Praet et Jens Weidmann incitent à penser que la discussion commencera dès la semaine prochaine lors de la réunion du Conseil des gouverneurs à Riga, même si certains responsables de la politique monétaire n’attendent qu’en juillet une décision définitive sur l’arrêt définitif ou non des rachats d’actifs. 

 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma