Éco Développement

Plus de 2.000 bénévoles ont procédé au nettoyage d'une plage de Hong Kong prisée par les tortues de mer, victimes comme d'autres animaux sauvages des déchets en plastique, avertissent les défenseurs de l'environnement.

L'opération de nettoyage, en fin de semaine dernière, a touché Shek Pai Wan, près de Sham Wan, un endroit connu comme «l'anse des tortues» sur l'île de Lamma à Hong Kong. Sham Wan est l'un des rares lieux de ponte pour les tortues de mer dans le sud de la Chine. Le site est fermé aux visiteurs de juin à fin octobre, mais selon les écologistes aucun nid n'y a été enregistré durant les six dernières années. «Les tortues n'arrivent pas jusqu'à la plage pour déposer leurs œufs», a expliqué Sharon Kwok, co-fondatrice de l'organisation Aquameridian. Selon elle, les tortues meurent enchevêtrées dans des filets de pêche, heurtées par des hors-bords ou des navires et, le plus fréquemment, après avoir ingéré des déchets. Sur le sable de la plage, les bénévoles ont rassemblé des dizaines de sacs de déchets en plastique, pailles, brosses à dents, couverts, sacs... Beaucoup de ces déchets étaient réduits en petits morceaux et il leur a fallu utiliser des tamis pour les récupérer. «De loin, les cailloux et les galets ont l'air normaux, mais lorsqu'on s'approche il y a énormément de petits bouts de plastiques et les tortues peuvent facilement penser que c'est de la nourriture», a observé Tommy, un bénévole. Depuis le début de l'année, sept tortues de mer mortes ont déjà été retrouvées échouées à Hong Kong, mais les écologistes pensent que beaucoup d'autres ont simplement coulé. Les défenseurs de l'environnement réclament au gouvernement l'extension des zones de restriction d'accès autour de Sham Wan afin qu'outre la plage elles concernent également les rochers et les eaux de la baie. 

 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma