Éco Développement

Le neuvième Congrès international sur les tempêtes de poussière et de sable a débuté à Tenerife en Espagne avec la participation de près de 120 experts et scientifiques représentant une trentaine de pays.

Initiée par le Centre pour la recherche atmosphérique Izaña (CCIA) à Tenerife, le ministère de l'Agriculture et de la pêche, de l'alimentation et de l'environnement et l'Agence nationale de météorologie (AEMET), le neuvième Congrès international sur les tempêtes de poussière et de sable devrait permettre aux scientifiques de se pencher sur les conséquences que peuvent avoir les tempêtes de poussière et de sable sur le climat, la santé humaine et l'environnement. Cette rencontre est l'occasion pour le Centre Izaña et AEMET de présenter leurs programmes de télédétection des tempêtes de sable ainsi que leurs programmes techniques et opérationnels dans l'analyse et la prévision de ces phénomènes atmosphériques à plusieurs représentants de 12 pays africains (Guinée-Bissau, Mauritanie, Guinée, Bénin, Cap-Vert, Mali, Libéria, Burkina Faso, Gambie, Côte-d'Ivoire, Sénégal et Sierra Leone). Quelque 40% des aérosols présents dans la troposphère (la couche la plus basse de l'atmosphère terrestre) sont des particules de poussière provenant de l'érosion éolienne, selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM) qui souligne que les principales sources de ces poussières minérales sont les régions arides d'Afrique du Nord, de la péninsule arabique, d'Asie centrale et de Chine. En se basant principalement sur des simulations numériques, on estime qu'entre un et trois milliards de tonnes de poussières sont rejetés dans l'atmosphère chaque année. 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma