Éco Développement

Hier a pris fin, à Voronezh en Russie, la conférence de l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO) sur l'Europe et l'Asie centrale sur ce constat : dans certains pays, les souffrances liées à la faim constituent encore une vive source d'inquiétude.

«Atteindre l'objectif “Faim Zéro” en Europe et en Asie centrale implique de soutenir les petits exploitants agricoles et les agriculteurs familiaux afin de gérer les ressources naturelles de manière durable face au changement climatique», a déclaré José Graziano da Silva, directeur général de la FAO, à l'ouverture, en Russie, de la conférence sur l'Europe et l'Asie. Si la région a réalisé des progrès remarquables, poursuit da Silva, «dans certains pays, les souffrances liées à la faim représentent encore une vive source d'inquiétude». Les chiffres de la FAO démontrent que 14 millions de personnes en Europe et en Asie centrale, principalement en milieu rural, sont toujours confrontés à une situation d'insécurité alimentaire. Le Tadjikistan, où 30% de la population souffre de sous-alimentation, la Moldavie (8,5 pour cent), la Géorgie (7%), le Kirghizstan (6,4%) et l'Ouzbékistan (6,3%) comptent parmi les pays les plus affectés par ce phénomène. Face au changement climatique, «soit l'un des principaux obstacles afin de parvenir à un certain développement durable», M. José Graziano da Silva a souligné «l'importance de promouvoir l'adaptation des systèmes alimentaires, surtout vis-à-vis des communautés rurales pauvres». Il a souligné que le Fonds vert pour le climat était l'un des plus importants mécanismes disponibles pour financer les interventions des pays en développement désireux de lutter contre le changement climatique. 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma