Éco Monde

L’industrie allemande est malmenée par la contrefaçon. L’atteinte à la propriété intellectuelle et au droit des marques a, en effet, coûté aux industriels du pays environ 7,3 milliards d'euros et provoqué la perte de 33.000 emplois en 2017, selon un rapport de la Fédération professionnelle VDMA.

L’industrie allemande subit de plein fouet les ravages de la contrefaçon. Celle-ci a, en effet, coûté aux industriels allemands 7,3 milliards d’euros environ et provoqué la perte de 33.000 emplois en 2017, a indiqué la Fédération professionnelle VDMA, dans un rapport cité par Reuters. Cette montée de la contrefaçon est attribuée par le rapport à la Chine qu’il considère comme la première source de cette atteinte à la propriété intellectuelle et au droit des marques.
Ce qui a, d’ailleurs, créé des inquiétudes chez le gouvernement allemand qui soulève cette question avec ses partenaires. Ainsi, le vol de propriété intellectuelle a été l’un des principaux thèmes abordés par la chancelière Angela Merkel le mois dernier avec les Présidents américain, Donald Trump, et français, Emmanuel Macron.
L’enquête de la VDMA, menée en mars et en avril de cette année et à laquelle près de 140 PME industrielles ont participé, relève que plus de 70% des entreprises sondées affirment avoir subi un préjudice dû à la contrefaçon. «En dehors de la perte de chiffre d’affaires et des pertes d’emplois, il y a également des conséquences pour les entreprises touchées qui sont difficiles à chiffrer, comme l’atteinte à l’image, la perte de l’avantage compétitif...», a précisé Stefan Zimmermann, président du département Competence Center Industrial Security de la VDMA, à l’occasion de la Foire commerciale de Hanovre, cité par Reuters.
Certes, indique la même source, l’étendue des dégâts est comparable à celle qui figurait déjà dans le rapport de la VDMA de l’an dernier, mais la fédération professionnelle allemande observe que les fraudeurs deviennent de plus en plus audacieux, ne se contentant plus de copier les caractéristiques techniques d’un produit, mais aussi sa marque et son aspect. Le dernier rapport mentionne en outre une circulation de produits contrefaits sur internet plus intense que ce qui était mentionné dans le précédent rapport.
Ce qui a poussé le chausseur allemand Birkenstock à décider cette année de ne plus être distribué par Amazon en Europe, car le site proposait des articles contrefaits. 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma