Éco Monde

Le climat des affaires en Allemagne poursuit sa dégringolade. En avril et pour le cinquième mois d’affilée, l’indice, calculé par l’Institut Ifo, a reculé à 102,1 contre 103,3 en mars. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un indice à 102,7. Ce chiffre vient confirmer «le moindre dynamisme de la première économie d’Europe depuis le début de l’année». Le sous-indice mesurant les conditions actuelles a fléchi à 105,7 contre 106,6 (révisé) en mars et celui sur les anticipations a reculé à 98,7 contre 100,0 (révisé). Les économistes anticipaient respectivement 106,0 et 99,5. Klaus Wohlrabe, économiste de l’institut munichois, cité par l’agence de presse, a estimé que cette cinquième baisse consécutive de l’indice dénotait une «normalisation» et non un changement de tendance, ajoutant que l’Allemagne était «loin d’une récession». Il a dit prévoir une décélération de la croissance à 0,4% au premier trimestre contre 0,6% sur les trois derniers mois de 2017. Pour rappel, la semaine dernière, le Fonds monétaire international (FMI) a relevé sa prévision pour le PIB allemand en 2018, tablant désormais sur une expansion de 2,5%. L’enquête de l’Ifo, désormais établie à partir des réponses de 9.000 firmes, montre que le sentiment des chefs d’entreprise s’est dégradé dans le secteur manufacturier pour le troisième mois consécutif, tout en restant à un niveau élevé. Dans les services, il s’est fortement détérioré en raison d’une chute des anticipations à six mois. A contrario, l’indice pour le secteur de la construction a atteint un nouveau record à la faveur de la demande de logements neufs alimentée par la croissance démographique, le bas niveau des taux d’intérêt et la bonne tenue du marché du travail. 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma