Éco Conseil

La période d’intégration en entreprise peut être considérée comme une phase de jugement et d’observation. Les enjeux sont de taille, surtout pour le collaborateur qui doit faire preuve d'une grande capacité d'adaptation à l’environnement et à la culture de l’entreprise. Naoual Hammouti, experte en conseil en management, en organisation et en communication en entreprise, nous révèle les cinq clés qui permettent de relever ce défi. Le point.

Éco-Conseil : La période d’intégration est souvent jugée difficile pour une nouvelle recrue. Pourquoi, à votre avis ?
Naoual Hammouti :
Intégrer un nouvel emploi constitue un challenge à relever. Cette période peut-être vécue comme difficile, car la personne reprend tout à zéro. Il faut qu’elle fasse preuve de ses compétences et qu’elle puisse s’adapter à de nouvelles règles et surtout à de nouvelles personnes.  Généralement, les personnes qui intègrent une nouvelle entreprise ont le sentiment de mal faire. Un sentiment qui risque de s’accentuer si l’employeur ne met pas en place les actions nécessaires pour une bonne intégration.  La personne peut donc, par crainte d’être mal perçue, s’abstenir de poser de questions ou encore de donner son avis. Toutefois, ce recul peut créer un mal-être lors de l’intégration, ce qui risque de se répercuter sur le résultat de cette phase.
Je tiens à souligner l’importance de ne pas comparer cette expérience à celles passées et aussi d’avoir confiance en soi. Si vous avez été sélectionné, c’est que vous répondez au besoin de l’entreprise.
 
Quelles sont les règles à respecter pour réussir son intégration en entreprise ?
Réussir son intégration, c’est adopter la bonne attitude à tout moment et surtout ne pas laisser place à l’interprétation et aux émotions. Il est 
conseillé de : 
• Saluer et se présenter lorsqu’on rencontre une personne dans l’entreprise. Cela permet de se faire connaitre et de s’imposer naturellement. 
• Échanger avec les collègues, collaborateurs et hiérarchie.
• Respecter l’autre : C’est-à-dire sa personne, ses différences et surtout son périmètre d’action. Il est important que la nouvelle recrue puisse répondre à la feuille de route qui lui a été confiée. À mon avis, ce n’est pas nécessaire de vouloir se lier d’amitié avec l’entourage professionnel. De même, les émotions n’ont pas de place dans le monde du travail.
• Donner son avis : Intervenir en réunion et se baser sur des choses factuelles. Il faut préparer ses interventions pour ne pas faire d’erreur de communication. 
• Avoir une attitude positive et sourire : 90% de ce que la personne transmet lui seront rendus. L’attitude est le reflet de l’image et du professionnalisme. Il faut avoir un comportement exemplaire dans toutes situations. Il est aussi primordial de savoir gérer ses émotions et d’avoir une bonne estime de soi afin de gagner la confiance des autres. 

Faut-il prendre des initiatives et dans quelle limite ?
La prise d’initiative est partie intégrante des missions des employés. Les entreprises sont dans l’attente des idées de leurs collaborateurs. En revanche, cette action doit être réfléchie, constructive et partagée avec son supérieur hiérarchique. Elle ne doit pas empiéter sur le périmètre d’action d’autres personnes. Elle peut être mal interprétée lorsque l’on débute et la casquette du nouveau qui veut imposer ses idées peut vite être attribuée. C’est pour cela qu’il est impératif d’expliquer ses idées, les partager, utiliser un discours positif et dynamique afin de rassurer et faire adhérer le personnel à la nouvelle vision. 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma